Share
Syrie : Accord pour des négociations entre le pouvoir et l’opposition

Syrie : Accord pour des négociations entre le pouvoir et l’opposition

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon (à gauche) s’entretient avec les chefs de la diplomatie américaine et russe John Kerry (au centre) et Sergei Lavrov (à droite) avant le début de la réunion sur la Syrie à New York, le 18 décembre.PHOTO JEWEL SAMAD, AFP


Les grandes puissances se sont mises d’accord sur une résolution qui devrait être adoptée vendredi par le Conseil de sécurité et qui envisage des négociations de paix en Syrie entre pouvoir et opposition à partir de « début janvier ».

Ce projet, dont l’AFP a eu copie, demande au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon de « réunir des représentants du gouvernement syrien et de l’opposition afin qu’ils entament des négociations formelles sur un processus de transition politique de manière urgente, avec pour objectif de commencer ces discussions au début janvier 2016 ».

Dans le projet, le Conseil « confirme son soutien au Communiqué de Genève » de juin 2012 sur une transition politique en Syrie et « entérine les déclarations de Vienne ».

Le texte reprend tous les éléments de la feuille de route mise au point par les grandes puissances lors de leurs réunions en octobre et novembre à Vienne.

Une troisième réunion de ce processus de Vienne s’est tenue vendredi dans un grand hôtel de New York en présence des ministres des affaires étrangères de 17 pays.

L'opposition syrienne réunie autour du nouveau président de "Coalition nationale syrienne des forces de l'opposition et de la révolution", Chekh Ahmed Moaz al-Khatib (premier rang, deuxième en partant de la droite).
L’opposition syrienne réunie autour du nouveau président de “Coalition nationale syrienne des forces de l’opposition et de la révolution”, Chekh Ahmed Moaz al-Khatib (premier rang, deuxième en partant de la droite).

 

Ainsi, le Conseil « soutient un cessez-le-feu sur tout le territoire syrien », qui devra entrer en vigueur dès que pouvoir et opposition « auront fait les premiers pas vers une transition politique ». Il exprime aussi « son soutien à des élections libres et équitables ».

Outre la rencontre opposition/régime et un cessez-le-feu, la feuille de route de Vienne prévoit un gouvernement de transition dans les six mois, ainsi que des élections dans les 18 mois.

La résolution demande à l’ONU de préparer dans un délai d’un mois des « options » pour mettre en place un « mécanisme de surveillance et de vérification » du cessez-le-feu.

Elle précise que le cessez-le-feu « ne s’appliquera pas aux actions offensives ou défensives » contre les groupes extrémistes comme le groupe État islamique et le front Al-Nosra.

Le Conseil appelle à ce propos à « éradiquer le refuge qu’ils ont établi » en Syrie, en référence aux vastes territoires tenus par l’EI dans ce pays.

Le projet ne dit rien du sort qui serait réservé dans la transition politique au président Bachar al-Assad, dont les occidentaux souhaitent le départ contrairement à la Russie.

Le texte fait aussi une simple référence à « l’utilité de la réunion de Ryad » du 9 au 11 décembre qui a fédéré une partie de l’opposition syrienne sous la houlette de l’Arabie saoudite mais que Moscou a vivement critiquée.

Le projet de résolution est le fruit de longues et difficiles négociations entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, Russie, France, Royaume uni, Chine).

Étant donné l’accord des cinq grands sur ce texte, son adoption devrait être une formalité, selon des diplomates.

Le projet sera soumis aux 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU à partir de 16 h locales (21 h GMT).

La Syrie subit depuis quatre ans et demi un terrible conflit qui a fait plus de 250 000 morts et des millions de réfugiés dans les pays voisins et en Europe. ARTV NEWS

Laisser un commentaire