Share
Donald Trump fera l’objet d’un débat à la Chambre des communes à Londres

Donald Trump fera l’objet d’un débat à la Chambre des communes à Londres

Plus de 500 000 personnes ont signé une pétition appelant à bloquer l’accès au pays à Donald Trump après qu’il eut prôné un moratoire sur l’entrée de musulmans aux États-Unis


Les députés britanniques débattront d’une pétition appelant à l’interdiction d’accès au Royaume-Uni du candidat républicain américain Donald Trump en raison de ses propos sur les musulmans – et d’une autre pétition rivale soutenant qu’il devrait pouvoir entrer et sortir du pays.

Plus de 500 000 personnes ont signé une pétition en ligne appelant à bloquer l’accès au pays à Donald Trump après que le candidat à l’investiture républicaine pour la présidence eut prôné le mois dernier un moratoire sur l’entrée de musulmans aux États-Unis. Près de 40 000 personnes ont signé une autre pétition disant que Donald Trump ne devrait pas se voir bloquer l’accès au Royaume-Uni.

Plus de 500 000 personnes ont signé une pétition appelant à bloquer l'accès au pays à Donald Trump après qu'il eut prôné un moratoire sur l'entrée de musulmans aux États-Unis
Plus de 500 000 personnes ont signé une pétition appelant à bloquer l’accès au pays à Donald Trump après qu’il eut prôné un moratoire sur l’entrée de musulmans aux États-Unis

En vertu des lois britanniques, toute pétition signée par au moins 100 000 personnes doit être soumise au débat aux députés de Westminster.

Le comité des pétitions de la Chambre des communes a annoncé, mardi, que les deux pétitions sur Donald Trump feraient l’objet d’un débat le 18 janvier. La présidente de la Chambre, Helen Jones, a affirmé que le débat permettrait l’« expression de divers points de vue », et que cette annonce ne signifiait pas que le comité appuyait une interdiction d’accès.

Le débat ne résultera pas en un vote contraignant.

Le premier ministre David Cameron a condamné les propos du candidat républicain comme étant « stupides, inacceptables » et un facteur de division. Mais lui-même et d’autres hauts responsables ont déjà dit ne pas croire que Donald Trump devrait être banni du Royaume-Uni, où il possède un terrain de golf écossais.

Tout citoyen ou résidant du Royaume-Uni peut lancer une pétition sur le site web du Parlement. Pour signer, les gens doivent fournir et faire confirmer une adresse courriel.

Laisser un commentaire