Share
Poutine critique, énergiquement, les politiques de l’Occident envers la Russie

Poutine critique, énergiquement, les politiques de l’Occident envers la Russie

Dans une interview avec le journal allemand, “Bild-Zeitung”, le Président russe, Vladimir Poutine, a demandé la fin des sanctions anti-russes occidentales et a, énergiquement, critiqué l’approche de l’Occident envers son pays.

Par la même occasion, Poutine a, également, rejeté l’invitation du gouvernement allemand à participer à la Conférence de Munich, sur la sécurité.

Le président russe a insisté sur le droit des pays à assurer leur sécurité et critiqué l’expansion de l’OTAN vers l’Est. «Le statut de l’OTAN ne précise pas que cette organisation doive, forcément, accepter la demande des pays souhaitant y adhérer», a affirmé Vladimir Poutine. «En 2009, le Président US, Barack Obama, a annoncé que le bouclier anti-missile est conçu, uniquement, pour écarter les capacités balistiques de l’Iran ; pourtant, le système de défense balistique américain ne cesse de s’étendre, malgré un accord international», a précisé Poutine.

«Le terrorisme menace tous les pays», a fait, ensuite, remarquer le président russe, ajoutant que la Russie est prête à coopérer avec l’Occident, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Vladimir Poutine a, aussi, fait allusion à la crise ukrainienne, dont la solution passe, selon lui, uniquement, par un amendement constitutionnel, de la part de l’autorité centrale de Kiev.

Du point de vue de Moscou, la politique russe de l’Occident repose sur l’animosité et vise à affaiblir de plus en plus la Russie. Le document sur la stratégie de la sécurité nationale russe, pour cette année 2016, aussi, le précise : les Etats-Unis et leurs alliés tentent de maintenir leur suprématie, dans la gestion du monde, alors que la Russie est intéressée par le renforcement des coopérations avec l’Union européenne et le partenariat avec les Etats-Unis.

Le penchant russe, pour la coopération avec l’Occident, se focalise, particulièrement, sur la lutte contre le terrorisme. Plus d’une fois, le Kremlin a plaidé pour l’interaction avec le bloc occidental, pour combattre le terrorisme, qui représente, de nos jours, une sérieuse menace pour tous les pays, y compris, ceux de l’Occident.

Or, l’hostilité et l’expansion de l’Alliance Nord-atlantique vers l’Est a fait que la Russie voie l’OTAN, comme une menace à ses frontières, dans son document sur la stratégie de la sécurité nationale. Et les responsables du Kremlin n’y voient pas une animosité temporaire. Par contre, c’est une approche stable et constante que suivent les Etats-Unis et l’OTAN envers la Russie.

Les nouvelles mesures américano-européennes, pour faire perdurer le boycott contre Moscou, illustrent la ferme volonté occidentale de poursuivre les pressions, exercées, ces deux dernières années, dans l’illusion de mettre la Russie à genoux. L’Occident campe sur ses positions, exigeant de la Russie qu’elle change d’approche envers la crise ukrainienne, et, pour ce faire, n’hésite pas à utiliser son arme des sanctions contre la Russie, dont le Président n’hésite pas, non plus, à montrer sa volonté de les combattre.

Laisser un commentaire