Share
RCA :  Certains Centrafricains dressent un bilan mitigé des deux ans de la présidence de Samba-Panza

RCA : Certains Centrafricains dressent un bilan mitigé des deux ans de la présidence de Samba-Panza

20 janvier 2014-20 janvier 2015, la cheffe d’Etat, voilà deux ans que Catherine Samba Panza préside la RCA. Quel bilan faites-vous de son mandat ? C’est la question posée aux Centrafricains ce mercredi 20 janvier 2016. Ces derniers pensent que le bilan est mitigé.

Pour Junior Zoumelia, habitant de quartier Benz-vi, le bilan de deux ans est mitigé « elle a réussi sur le plan organisationnel. Dans la capitale, les gens vaquent à leurs occupations. Toutefois, elle a failli sur le plan sécuritaire à l’intérieur du pays, car la sécurité n’est pas malheureusement rétablie », a-t-il affirmé

Ce constat est partagé en partie par Osée Farabana, étudiant en 4è année de droit à l’Université de Bangui, « Je la félicite car lorsqu’elle était élue en 2014, le pays était loin. Seulement, elle s’est laissé faire durant son règne. Parfois on a l’expression qu’on lui dicte tout de l’extérieur », a-t-il regretté.

catherine-samba-panza-maire-bangui-president-centrafrique_4691138

catherine-samba-panza-maire-bangui-president-centrafrique_4691138

Jonathan Yangoubingui au quartier Gobongo dans le 4è arrondissement de Bangui pense que le bilan est quasiment positif «  le pays était secoué ces dernières années, et le compteur était à 0. Elle a su relever le défi. Là, il faut être reconnaissant, car son prédécesseur n’avait pas pu le faire », a indiqué ce dernier.

«  Elle a payé les fonctionnaires malgré que le tissu économique soit défaillant. Les activités ont repris au KM5 et nos Forces Armées commencent à être opérationnelles. En plus, les élections ont été finalement tenues même si certaines irrégularités ont été constatées »,  a lancé Jeanne Missada, ménagère au quartier SICA I.

Position  rejette en bloc par Bonduel Ngokelé, étudiant en Master I en sociologie à l’Université de Bangui « son passage à la tête du pays est une parenthèse douloureuse pour les Centrafricains. L’insécurité est partout, la restauration de l’autorité de l’Etat est un échec. La transition ne termine pas dans le délai, l’affaire de don angolais qui reste en suspens et une élection mal organisée, autant de choses qui laissent croire qu’elle a failli.» a-t-il soutenu.

C’est le 14 janvier 2014 que Catherine Samba Panza a été élue par le Conseil National de Transition (CNT), cheffe de l’Etat de transition. Elle succédait à Michel Djotodia qui avait pris le pouvoir en mars 2013 par coup d’Etat contre François Bozizé. PAR 

Laisser un commentaire