Share
Burkina Faso : les militaires « prêts à faire feu » le long des frontières après les attaques terroristes

Burkina Faso : les militaires « prêts à faire feu » le long des frontières après les attaques terroristes

Le Burkina Faso, qui a été la cible d’une attaque terroriste le 15 janvier dernier, a déployé un important dispositif militaire « prêt à faire feu le long de ses frontières », a déclaré jeudi le ministre burkinabè de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré.

« Les militaires burkinabè sont aux différentes frontières du pays, prêts à faire feu », a-t-il indiqué au cours d’un point de presse.

Invitant les populations à plus de vigilance, M. Compaoré a souligné que « la sécurité du pays incombe à tout citoyen où qu’il se trouve », car « la guerre contre le terrorisme n’est pas une guerre asymétrique ».

La situation sécuritaire s’est dégradée au Burkina Faso, après le double attaque terroriste à la mi-janvier revendiquée perpétrée par Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et l’attaque d’un dépôt d’armes attribuée à des militaires de l’ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré.

Lors d’une rencontre avec la diaspora burkinabè vivant en Ethiopie, en marge du dernier Sommet de l’Union africaine (UA), le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a ouvertement accusé l’ancien président Blaise Compaoré d’avoir des liens avec les auteurs de ces actes.

« Si aujourd’hui nous sommes l’objet d’attaques, c’est parce que la trêve qui était une forme de collusion entre le régime de Blaise Compaoré et ces mouvements (armés) est terminée », avait-il soutenu.

« Dans un passé très récent sous le règne du président Blaise Compaoré, tous ces groupuscules étaient basés à Ouagadougou où ils étaient logés dans des hôtels luxueux, au motif de négociations en vue de résoudre la crise malienne », a-t-il expliqué.

Selon le ministre en charge de la Sécurité, une vingtaine de personnes ont été arrêtées après l’attaque du dépôt d’armes.

Jeudi, le président Roch Kaboré a rencontré la hiérarchie militaire « pour les saluer et les féliciter pour leur travail et s’enquérir également de leur préoccupations ».

« Nous avons eu un très bel échange. Nous avons besoin d’une armée républicaine et apolitique », a-t-il déclaré à la presse à l’issue de la rencontre.

Laisser un commentaire

*