Share
Syrie: La France tente de convaincre la Russie pour une transition politique 

Syrie: La France tente de convaincre la Russie pour une transition politique 

Appelant le régime syrien et la Russie à arrêter l’offensive contre les civils dans le nord de la Syrie, le Quai d’Orsay estime que “plus on privilégie la voie militaire et violente plus on enfonce la Syrie dans la crise”

La France s’entretient avec la Russie pour convaincre Moscou d’arrêter l’offensive contre la population civile en Syrie et d’accepter la transition politique dans le pays, a annoncé vendredi le ministère français des Affaires étrangères.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a des échanges réguliers avec son homologue russe Sergueï Lavrov sur le bombardement qui vise la population civile dans le nord de la Syrie et l’exhorte à accepter la transition politique en Syrie, a fait savoir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Romain Nadal, en réponse à une question d’Anadolu lors du point de presse hebdomadaire du Quai d’Orsay.

“Nous souhaitons les convaincre [les Russes] que seule une transition politique permettra le règlement de cette crise et plus on privilégie la voie militaire et violente plus on enfonce la Syrie dans la crise”, a déclaré le porte-parole dans son commentaire.

Il faut encore exiger du régime de Bachar al-Assad et de “ceux qui le soutiennent, à savoir essentiellement la Russie et l’Iran” qu'”ils respectent le droit et les résolutions du Conseil de sécurité” et encore “l’arrêt des bombardements qui tuent des civils, l’arrêt des sièges qui affament des centaines de milliers”, a encore estimé le Quai d’Orsay.

Rappelant que l’offensive du régime a causé l’interruption des pourparlers de paix à Genève, le Quai d’Orsay a souligné qu'”il faut qu’une des parties ne soit pas assassinée par l’autre pendant les négociations”. Et d’ajouter:

“Il faut que cette opposition modérée ne soit pas massacrée par le régime et ses alliés, quand on négocie on respecte la partie adverse (…) On ne peut pas négocier sous contrainte de violence et sous contrainte militaire “.

Sur la question du nouvel afflux migratoire depuis Alep vers la Turquie engendré par l’offensive du régime, le Quai d’Orsay a appelé la communauté internationale à “se mobiliser”, ajoutant que l’Union européenne (UE) et la France n’épargneront pas leurs soutiens, notamment financiers, pour la Turquie.

La France s’est engagée à débloquer une aide de plus d’un milliard d’euros, jeudi à la Conférence sur les conséquences de la crise syrienne à Londres, pour les civils qui ont fui la guerre civile en Syrie pour trouver refuge dans la grande majorité des cas en Turquie. Cet engagement vient en complément à trois milliards d’euros d’aide annoncés par l’UE pour la Turquie dans son accueil des réfugiés syriens.

La France est “en étroite coopération” avec la Turquie, a insisté Nadal, rappelant que le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve se trouve actuellement en Turquie “pour la question des réfugiés et de la coopération dans la lutte contre le terrorisme”.

AA – Paris – Bilal Muftuoglu

Laisser un commentaire