Share
La fièvre Lassa fait 23 morts sur 67 cas suspects au Bénin (nouveau bilan)

La fièvre Lassa fait 23 morts sur 67 cas suspects au Bénin (nouveau bilan)

Le précédent bilan officiel, établi il y a plus d’une semaine, faisait état de 12 morts sur 25 cas suspects enregistrés.

Le nombre de décès causés par la fièvre hémorragique Lassa qui sévit au Bénin depuis janvier dernier, s’est élevé à 23 morts sur 67 cas suspects enregistrés, a appris Anadolu mercredi auprès du Ministère de la Santé publique au Bénin.

Le directeur national adjoint de la santé publique au Bénin, Lucien Toko a déclaré mercredi matin, à la radio d’Etat, que les 23 cas ont été détectés dans 16 communes sur les 77 que compte le pays.

Toko a précisé qu’ «environ 400 personnes contacts ne présentant pas encore de symptômes de Lassa, sont actuellement placées sous surveillance après avoir côtoyé les malades.»

«Des mesures de prévention sont en cours pour arrêter la saignée et limiter le nombre de décès et de cas suspects», a-t-il assuré.

Le directeur adjoint a cependant émis la crainte, que l’épidémie à virus Lassa ne se propage rapidement dans tout le pays lors de la campagne présidentielle, dimanche, qui amènera les candidats en lice et leurs équipes vers les populations,dans les différentes contrées du Bénin.

«Il est souhaitable que les candidats sensibilisent les populations sur le virus Lassa, ses causes, conséquences et manifestations, avant d’organiser leurs meetings», a-t-il conseillé.

Un précédent bilan officiel, établi il y a plus d’une semaine, faisait état de 12 morts sur 25 cas suspects enregistrés. La dernière occurrence de la fièvre de Lassa au Bénin (un pays épargné par l’épidémie Ebola) remonte à 2014, quand elle a fait au moins 8 morts.

Le virus a été identifié pour la première fois en 1969 dans la ville de Lassa, dans l’État de Borno au Nigeria où l’épidémie a déjà fait plus de 100 morts et des centaines de cas suspects depuis janvier dernier, selon un bilan établi le 6 février dernier par les autorités nigérianes.

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique souvent définie comme la « cousine » d’Ebola. La transmission se fait par les excrétions de rongeurs ou par contact direct avec des liquides biologiques d’une personne malade, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les symptômes de cette fièvre sont pseudo-grippaux: de la fièvre, des douleurs articulaires et dans certains cas, des signes hémorragiques, d’après l’organisation onusienne.

« Actuellement, aucun vaccin ne protège contre la fièvre de Lassa », affirme l’OMS sur son site internet.

Toutefois, « le traitement antiviral à la ribavirine semble efficace s’il est administré au début de l’évolution clinique. Rien ne permet d’affirmer que ce médicament a une quelconque utilité en prophylaxie post-exposition », précise l’agence des Nations-Unies.

Laisser un commentaire

*