Share
La Turquie en connivence avec les terroristes : Des centaines de rebelles armés entrent en Syrie par la Turquie

La Turquie en connivence avec les terroristes : Des centaines de rebelles armés entrent en Syrie par la Turquie

Les rebelles ont l’intention de prêter main forte aux forces de l’opposition qui a subi une série de revers face aux Kurdes syriens dans la ville d’Azaz, à 8 kilomètres de la frontière turco-syrienne.

Plus de 500 « insurgés et combattants-islamistes » ont pénétré dans le territoire syrien par la Turquie, rapporte le Guardian se référant à l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« Au moins 500 rebelles ont franchi le poste-frontière de Bab al-Salamé pour se rendre dans la ville d’Azaz, à partir de laquelle ils veulent aider les insurgés face à la progression des forces kurdes dans le nord de la province », a précisé à l’AFP le chef de l’Observatoire syrien des droits Rami Abdel Rahmane. Des combattants armés de Daech font aussi parti de ce groupe, a-t-il encore ajouté.

En outre, près de 350 combattants, équipés d’armes lourdes et légères, auraient franchi la frontière turco-syrienne au poste d’Atmé le 14 février, note le journal.

Ruines d'une maison à Alep, le 1er août 2015
     © REUTERS/ ABDALRHMAN ISMAIL

Les Kurdes ont considérablement repoussé les forces de l’opposition armées dans la ville d’Azaz située dans la région d’Alep, à 8 kilomètres de la frontière turco-syrienne. Les djihadistes font face à la fois aux forces kurdes venant de l’ouest et à celles du gouvernement syrien qui ont lancé une offensive dans la province d’Alep avec l’appui de l’aviation russe. Néanmoins, l’opposition retient toujours Azaz ainsi que la ville de Mari située à 25 km d’Alep, écrit le Guardian.Effrayée par l’avancement des Kurdes syriens, la Turquie attaque toujours leurs sites. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a précédemment déclaré qu’Ankara n’avait pas l’intention de cesser ses frappes.

L’Onu a exprimé lundi sa préoccupation par la récente évolution de la situation en Syrie tout en statuant que les négociations intersyriennes devraient reprendre d’ici le 25 février. Sputnik

 

Laisser un commentaire