Share
Etat Islamique : En manque de combattants, Daech enrôle les enfants

Etat Islamique : En manque de combattants, Daech enrôle les enfants

Il existe même un centre d’entraînement de mineurs à Raqqa, en Syrie. Montré sur une vidéo diffusée par les djihadistes, il est qualifié de plus gros centre destiné à préparer les enfants au djihad.

Le groupe terroriste de l’Etat islamique recrute activement des mineurs pour perpétrer ses attentats, annonce la chaîne de télévision CNN.

Selon les journalistes de la chaîne et des informations en provenance des militaires, de nombreux enfants font l‘objet d’un lavage de cerveau par Daech, et suivent docilement les djihadistes dans les régions occupées par ces derniers.

Il existe même un centre d’entraînement de mineurs à Raqqa, en Syrie. Montré sur une vidéo diffusée par les djihadistes, il est qualifié de plus gros centre destiné à préparer les enfants au djihad.

Parallèlement, des enfants fuient, au péril de leurs vies, un camp d’entraînement situé près de la ville irakienne d’Erbil.

« Lorsqu’ils (les enfants, ndlr) se retrouvent parmi nous, ils sont très amaigris, ressemblant à peine aux êtres humains. Ils nous disaient qu’ils sortaient de l’enfer », a déclaré le chef d’un détachement de Peshmergas (combattants kurdes, ndlr) dans le Kurdistan irakien Aziz Abdullah Hadur, cité par la CNN.

« Mais parfois, ils arrivent armés, portant une ceinture bourrée d’explosifs. Ils ont suivi un lavage de cerveau et ils traversent la ligne du front afin d’assassiner nos combattants », a ajouté le militaire kurde.

En Afghanistan, les Talibans recourent à la même pratique de recrutement de mineurs. Cette information a été confirmée par le porte-parole de la Commission des droits de l’homme en Afghanistan Rafiullah Bedar qui a expliqué, dans une interview accordée à l’agence Sputink,  les raisons de cette situation.

Des combattants de Daech en Afghanistan
© PHOTO. YOUTUBE/PRESSTV DOCUMENTARIES

« Il existe plusieurs raisons qui permettent aux Talibans d’enrôler les enfants. Avant tout, il s’agit d’une situation désastreuse dans les familles des mineurs. Les parents envoient leurs enfants à une medersa en espérant qu’ils obtiendraient une éducation, prendraient connaissance de l’ABC religieux. Mais en réalité, les djihadistes leur lavent les cerveaux pour se servir des enfants à leurs fins subversives. Il ne faut  oublier non plus qu’il est beaucoup plus facile de manipuler un  enfant qu’une personne adulte. Les enfants n’ont pas encore les notons précises du bien et du mal. Les Talibans en profitent et c’est la triste réalité de l’Afghanistan actuel ». Sputnik

 

Laisser un commentaire

*