Share
Le G20 met en garde contre le départ de la GB de l’UE

Le G20 met en garde contre le départ de la GB de l’UE

Le communiqué publié par les ministres des Finances des pays les plus riches de la planète cite, dès le premier paragraphe, «le choc d’une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne» parmi les risques pesant sur la reprise économique mondiale.

Certes, le sujet «n’a pas donné lieu à un débat à proprement parler» durant la réunion, a observé devant la presse le ministre français des Finances, Michel Sapin.

Pour autant, «dès le début des échanges», il a été d’emblée décidé d’inclure cette mention dans le texte, a indiqué la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

Côté britannique, le Premier ministre David Cameron a mis au défi les avocats du «Brexit» de reconnaître les «risques» d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, objet d’un vif débat qui doit être tranché par référendum en juin.

Dans une tribune à paraître dimanche dans le quotidien conservateur The Daily Telegraph, M. Cameron qualifie de «pari du siècle» une éventuelle sortie de l’UE.Le chef du gouvernement britannique balaie en outre l’argument selon lequel le Royaume-Uni aurait toujours accès au marché unique après avoir quitté le bloc des 28.

La campagne pour ou contre le «Brexit» bat son plein depuis que le chef du gouvernement britannique a obtenu la semaine dernière des concessions auprès des partenaires européens de Londres.

M. Cameron a reçu samedi un soutien unanime des grands argentiers du G20, réunis à Shanghai, qui ont souligné «le choc d’une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne» parmi les risques pesant sur la reprise économique mondiale.

Le Premier ministre britannique, David Cameron, va faire voter ses concitoyens sur la question le 23 juin, après avoir obtenu des concessions de la part des 27 autres pays de l’Union pour assurer le respect des intérêts britanniques.

Le leader conservateur fait campagne pour le maintien dans l’UE mais son parti est profondément divisé, jusqu’au sein du gouvernement où certains de ses ministres font campagne pour une sortie, et il a échoué à rallier le charismatique maire de Londres, Boris Johnson.

C’est un sujet «extrêmement sérieux», et non «un voyage aventureux dans l’inconnu», a lancé le ministre britannique des Finances, George Osborne, sur la BBC, depuis Shanghai.

Laisser un commentaire

*