Share
Renforcement de la coopération judiciaire entre l’Angola et le Mozambique 

Renforcement de la coopération judiciaire entre l’Angola et le Mozambique 

Renforcement de la coopération judiciaire entre l’Angola et le Mozambique 
Summary:
Les aspects liés au renforcement de la coopération judiciaire entre l'Angola et le Mozambique ont dominé, lundi, à Luanda, les entretiens entre la procureure générale de la République du Mozambique, Beatriz Buchili, et son homologue angolais, João Maria de Sousa et les présidents des Cours Constitutionnelle, Suprême et des Comptes.

0%

Beatriz Buchili, procureure générale de la République du Mozambique

Beatriz Buchili, procureure générale de la République du Mozambique PHOTO: GASPAR DOS SANTOS


Luanda – Les aspects liés au renforcement de la coopération judiciaire entre l’Angola et le Mozambique ont dominé, lundi, à Luanda, les entretiens entre la procureure générale de la République du Mozambique, Beatriz Buchili, et son homologue angolais, João Maria de Sousa et les présidents des Cours Constitutionnelle, Suprême et des Comptes.

Parlant à la presse à la fin des réunions, la magistrate mozambicaine a dit qu’il y avait une relation de coopération entre les deux pays commencée depuis plusieurs années et que sa visite en Angola était  très attendue, en vertu de sa venue pour acquérir l’expérience dans diverses questions juridiques.

Beatriz Buchili, qui effectue une visite de travail en Angola du 6 au 13 de ce mois, a souligné qu’elle envisageait renforcer la coopération dans divers domaines, en particulier l’enquête criminelle.

Selon l’interlocutrice, « avec l’ouverture des frontières, il est nécessaire une plus grande préparation de la part du ministère public dans la lutte contre la criminalité organisée et transnationale, étant importante la coopération judiciaire dans ce domaine ».

Elle a indiqué que le Mozambique faisait actuellement face à plusieurs crimes organisés comme les enlèvements, le trafic d’influence, de drogues et d’êtres humains, entre autres, expliquant que ces activités peuvent être menées par des citoyens mozambicains impliqués qui se déplacent entre l’Angola et le Mozambique.

La responsable a en outre souligné qu’en matières judiciaires, l’Angola avait déjà fait une percée majeure avec la création du cadre juridique et que le Mozambique considérait ce contexte recueillir l’expérience dans ce domaine, en vue de la conduite rapide des différentes affaires criminelles.

En ce qui concerne la formation de cadres dans le système judiciaire, Beatriz Buchili a expliqué qu’il existait un accord de coopération dans ce domaine entre les deux pays, qualifiant cette composante de « très bonne ».

Le Mozambique estime, d’autre part, qu’il y ait des formations spécifiques comme l’approche des affaires de blanchiment d’argent et le trafic d’êtres humains et de drogues.

À son tour, le procureur général, João Maria de Sousa, a affirmé qu’en matière d’échange et coopération, ces réunions permettaient toujours la collecte de ce que l’un a besoin de l’autre partie.

João Maria de Sousa a considéré les bonnes relations existantes entre l’Angola et le Mozambique dans le domaine judiciaire, qui se renforce au fil des années avec la mise en œuvre de diverses actions.

Il a dit que l’Angola occupait actuellement la présidence de l’Association des procureurs de l’Afrique tandis que le Mozambique dirigeait le secrétariat général, ce qui oblige les deux pays à maintenir de nombreux contacts.

Beatriz Buchili va encore rencontrer le ministre de la Justice, Rui Mangueira, et se rendra dans la province de Benguela, où elle aura des  contacts avec les tribunaux provinciaux de Benguela et Lobito, ainsi que visitera les villes de Baia Farta et Baia Azul.AGOP

Laisser un commentaire