Share
Cameroun: Que devient le monument du cinquantenaire?

Cameroun: Que devient le monument du cinquantenaire?

Fort de ses 10 mètres de haut, le monument du cinquantenaire participe significativement à la promotion du tourisme camerounais.

Situé au “Governor’s office” (palais des gouverneurs), à Buea, le monument du cinquantenaire a été inauguré le 18 février 2014 par le président de la république. Ce monument, haut de  10 mètres, pesant 160 tonnes, avec un diamètre de 1 721 mètres, est situé en plein cœur de la ville, à quelques kilomètres du palais présidentiel. Parmi les éléments qui font son charme, il y a la fresque artistique qui représente 10 figures d’ancêtres et de divinités des 4 aires culturelles du Cameroun.

L’installation et l’inauguration de ce prestigieux ouvrage a permis à la ville de Buea de bénéficier d’une grosse affluence de touristes qui venaient pour contempler cette œuvre artistique – de partout et même de l’étranger, cet évènement ayant été très médiatisé. Alexandre du Buysson, directeur de Jovago Cameroun, affirme que c’est l’un des premiers sites qu’il a souhaité visiter à son arrivée au Cameroun. “J’avais tellement entendu parler du monument du cinquantenaire, qu’à mon arrivée au Cameroun, je suis allé directement le visiter. Lorsque vous visitez le site, vous pouvez vous faire une idée de l’histoire du Cameroun – tout est décrit” déclarait-il.

Depuis un moment, on a l’impression que ce qui était considéré hier comme l’identité de notre communication institutionnelle, ne fait plus la une des médias. Quand on regarde des sites comme la “nouvelle liberté” de Douala et le monument de la réunification de Yaoundé, il y a lieu de s’inquiéter surtout quand on sait que la communication autour de tels sites contribue largement à valoriser le patrimoine du pays. Ce monument symbolise l’unité et la diversité culturelle du pays des Lions indomptables.

Le monument du cinquantenaire fait partie des 828 sites touristiques recensés par Jovago  et consignés dans un rapport présenté en début d’année.

 

Laisser un commentaire