Share
Inde: Il se réfugie au commissariat pour protéger son ticket gagnant de loto

Inde: Il se réfugie au commissariat pour protéger son ticket gagnant de loto

Inde: Il se réfugie au commissariat pour protéger son ticket gagnant de loto
Summary:
Venu chercher du travail au Kerala, dans le sud-ouest de l'Inde, un jeune homme père de famille de 22 ans s'est offert un billet de loterie dès son premier jour de travail. Et il a décroché le ticket gagnant. Mais soucieux de ne pas se faire dérober le précieux ticket, il a passé deux jours au commissariat de police !

0%

Inde: Il se réfugie au commissariat pour protéger son ticket gagnant de loto

© Sercom APRnews Photo Vendeur de tickets de loterie dans le Kerala en Inde.


Venu chercher du travail au Kerala, dans le sud-ouest de l’Inde, un jeune homme père de famille de 22 ans s’est offert un billet de loterie dès son premier jour de travail. Et il a décroché le ticket gagnant. Mais soucieux de ne pas se faire dérober le précieux ticket, il a passé deux jours au commissariat de police !

Les policiers de Kozhikode ne disent pas si l’heureux gagnant a été jusqu’à dissimuler son billet dans ses sous-vêtements. Ce qu’on sait, c’est que le jeune homme y tenait plus que la prunelle de ses yeux, au point de demander la protection des forces de l’ordre. Le 2 mars, Mofijul Rahima Sheikh débarque dans l’état du Kerala depuis son Bengale natal.

Mojiful Rahima est marié, il a une fille de 8 mois et entend gagner de quoi construire sa maison. Il cherche donc du travail et est très vite embauché sur un chantier de construction. Avec sa première journée de salaire, il décide de s’acheter un billet de loterie. Il débourse 50 roupies, environ 70 centimes d’euros…

Mojiful Rahima décroche le ticket gagnant de la Karunya, la loterie du cœur, et la jolie somme de 10 000 roupies, soit 135 000 euros. Problème : le jeune homme doit attendre la réouverture des banques après « Shivratri », jour férié pour les hindous. Deux jours à attendre, c’est trop ! Mojiful se rend dimanche 6 mars au commissariat avec ses bagages. Paniqué, il dit craindre pour sa vie. Les agents l’accueillent et iront même jusqu’à l’accompagner à la banque pour chercher son gain. RFI

 

Laisser un commentaire