Share
Attentats à Bruxelles: le métro et l’aéroport visés, au moins 28 morts et 90 blessés.

Attentats à Bruxelles: le métro et l’aéroport visés, au moins 28 morts et 90 blessés.

Attentats à Bruxelles: le métro et l’aéroport visés, au moins 28 morts et 90 blessés.
Summary:
Bruxelles a été secouée mardi matin par plusieurs attentats terroristes, avec de puissantes explosions à l'aéroport international et dans le métro qui ont fait au moins 28 morts et 90 blessés, selon les pompiers, et paralysé la capitale belge. Il y a «11 morts» à l'aéroport de Zaventem et au moins 15 morts confirmés à la station de Maalbeek dans le quartier européen «où il y a eu une très grosse explosion dans le métro», a dit un porte-parole des pompiers, ajoutant que «la situation est assez chaotique».

0%

Attentats à Bruxelles: le métro et l'aéroport visés, au moins 28 morts et 90 blessés.

Bruxelles a été secouée mardi matin par plusieurs attentats terroristes, avec de puissantes explosions à l’aéroport international et dans le métro qui ont fait au moins 28 morts et 90 blessés, selon les pompiers, et paralysé la capitale belge.

Il y a «11 morts» à l’aéroport de Zaventem et au moins 15 morts confirmés à la station de Maalbeek dans le quartier européen «où il y a eu une très grosse explosion dans le métro», a dit un porte-parole des pompiers, ajoutant que «la situation est assez chaotique».

Ces attaques ont déclenché un relèvement de l’alerte antiterroriste à son niveau maximal, une fermeture jusqu’à nouvel ordre de l’aéroport international de Bruxelles, de même qu’un renforcement de la sécurité dans des aéroports à Londres, Paris, Francfort et Copenhague, alors que l’Europe est la cible d’une vague d’attentats terroristes particulièrement meurtriers.

Le trafic du métro a également été suspendu à Bruxelles, siège de l’Union européenne comme de l’OTAN.

Vers 7h GMT (3h à Montréal), deux explosions à l’aéroport international de Bruxelles-Zavantem ont fait au moins 11 morts, selon un bilan des pompiers. Le parquet fédéral avait auparavant évoqué 13 morts et 35 blessés.

Une heure plus tard, peu après 8h GMT, une explosion a eu lieu dans une station de métro du quartier européen à Bruxelles, à 300 mètres de la Commission européenne.

Ces explosions interviennent quatre jours après la capture spectaculaire de Salah Abdeslam, un Français d’origine marocaine vivant en Belgique, seul survivant du commando auteur des attentats djihadistes du 13 novembre à Paris (130 morts), à Molenbeek, une commune bruxelloise.

Des tirs ont été entendus dans le hall des départs de l’aéroport international de Bruxelles, avant qu’une personne ne lance des cris en arabe et que deux explosions retentissent, ont indiqué plusieurs témoins cités par l’agence de presse Belga.

Des images retransmises par les medias belges montraient des panaches de fumée s’elevant de l’aéroport. Des personnes ont fui paniquées, abandonnant leurs bagages dans l’aérogare.

xJean Pierre Lebeau, un Français qui venait d’arriver de Genève, a raconté à l’AFP avoir «entendu l’explosion, senti le souffle» et vu «le plafond tombé, une odeur de poudre» puis «du sang dans l’ascenseur».

Cheryl Miller, passagère en provenance de New York a dit à l’AFP qu’elle était dans une file d’attente quand «il y a eu une énorme explosion et beaucoup de secousses. La poussière tombait des conduits d’aération. Les gens couraient, nous avons tous couru pour nous protéger.»

Bruxelles paralysée

Selon un témoin cité par la radio publique francophone RTBF, les explosions ont eu lieu près d’une porte d’embarquement vers les États-Unis, fauchant un grand nombre de personnes. Il a fait état de «beaucoup de gens avec du sang sur eux».

Une autre explosion a eu lieu peu après 8h GMT dans une station de métro du quartier européen à Bruxelles, faisant «une dizaine de morts» a a annoncé un porte-parole des pompiers à l’AFP.

De la fumée noire s’échappait de l’entrée de la station Maelbeek située rue de la Loi, non loin des institutions européennes, selon des images de la RTBF.

Le niveau d’alerte antiterroriste est passé pour l’ensemble de la Belgique à son niveau maximal, le niveau 4, après les explosions à l’aéroport de Bruxelles, a annoncé un porte-parole du ministre de l’Intérieur Jan Jambon.

L’aéroport de Bruxelles est fermé «jusqu’à nouvel ordre», a confirmé mardi sur son site internet Eurocontrol, l’organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne et le trafic du métro a été suspendu.

L’aéroport n’est plus desservi ni par train ni par bus. L’exploitant a appelé les gens à ne pas s’y rendre. Certains avions déjà en vol ont été déroutés, selon les applications sur les réseaux sociaux suivant l’évolution des vols en temps réel.

Cinq vols internationaux à destination de Bruxelles -dont un en provenance de Montréal- ont été déroutés vers des aéroports français, a-t-on appris auprès de la Direction générale de l’aviation civile française (DGAC).

Face à la menace de saturation du réseau de communications mobile, les autorités ont demandé à la population d’éviter d’utiliser les téléphones portables.

La sécurité a encore été renforcée dans les aéroports de Londres-Gatwick, Paris Charles-de-Gaulle, Francfort et Copenhague.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a condamné «les attaques terroristes» à Bruxelles, tandis qu’à Berlin, le ministre de la Justice Heiko Maas évoquait «un jour noir pour l’Europe» et que la France appelait à un renforcement de la lutte antiterroriste.

À Moscou, le président Vladimir Poutine a jugé que ces attentats «montrent une nouvelle fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et menace les populations du monde entier». Afp

Laisser un commentaire

*