Share
14 Africains dans la liste des «Young Global Leaders 2016» du Forum économique mondial. La RDC absente !

14 Africains dans la liste des «Young Global Leaders 2016» du Forum économique mondial. La RDC absente !

14 Africains dans la liste des «Young Global Leaders 2016» du Forum économique mondial. La RDC absente !
Summary:
Quatorze hommes et femmes originaires du continent africains figurent dans l’édition 2016 de la liste des jeunes leaders mondiaux «Young Global Leaders 2016» établi par le Forum économique mondial de Davos.

0%

14 Africains dans la liste des «Young Global Leaders 2016» du Forum économique mondial. La RDC absente !

Quatorze hommes et femmes originaires du continent africains figurent dans l’édition 2016 de la liste des jeunes leaders mondiaux «Young Global Leaders 2016» établi par le Forum économique mondial de Davos.

Dans cette liste qui comprend «121 personnes de moins de 40 ans, scientifiques, chefs de gouvernement, futurs chefs d’entreprise, activistes sociaux qui façonnent la politique, la société et le monde qui les entourent», on trouve neuf femmes et cinq hommes originaires de  huit pays africains: deux nigérians, deux ghanéennes, deux ougandais, deux kenyans, deux sud-africaines, deux tunisiennes, une marocaine et une soudanaise.

Aucune personnalité de la zone CFA ne figure dans cette liste.

Voici les 14 Young Global Leaders :

-Abayomi Awobokun (Nigeria): directeur général d’Oando Downstream, la première entreprise nigériane de distribution de carburant. Ce jeune homme a gravi très rapidement les échelons dans cette société après avoir travaillé comme éboueur au Royaume-Uni.

-Muntaqa Umar-Sadiq (Nigeria): directeur général de la Private Sector Health Alliance of Nigeria, une fondation qui mobilise des fonds auprès de la communauté des affaires pour améliorer l’offre des soins de santé.

-Ada Osakwe (Ghana): fondatrice et directrice générale d’Agrolay Ventures, une firme prospère spécialisée dans l’investissement dans le secteur de l’agribusiness en Afrique.

-Farida Bedwei (photo, Ghana): co-fondatrice de la  florissante fintech Logiciel Ltd qui produit des solutions de mobile banking.

-Christopher Ategeka (Ouganda): fondateur et directeur général de Rides For Lives, une société spécialisée dans l’aménagement d’unités sanitaires mobiles qui a déjà offert des services de soins de santé à plus de 500 000 personnes.

-Victor Ochen (Ouganda): directeur exécutif de l’African Youth Initiative Network, une ONG qui œuvre dans le domaine de la prise en charge des traumatismes  de guerre et  la promotion du leadership des jeunes. Il a été nominé pour le Prix Nobel de la Paix 2015.

-James Mworia (Kenya): directeur général de la firme d’investissement Centum Investment et plus jeune dirigeant d’une entreprise cotée en Afrique de l’Est.

-Juliana Rotich (Kenya): fondatrice  de l’entreprise de services informatiques Ushahidi, qui développe des logiciels qui aident à gérer des crises en temps réel en rendant ces informations accessibles à travers une carte interactive.

-Zukie Siyotula (Afrique du Sud): directrice générale de la société d’investissement  Thebe Investment Corporation

-Mary Vilakazi: (Afrique du Sud) : directeur financier du groupe MMI Holdings Limited

-Amira Yahyaoui (Tunisie): présidente d’Al Bawsala, une ONG qui œuvre dans le domaine de l’amélioration de la gouvernance et de la défense des droits humains

-Wafa Makhlouf (Tunisie) : directrice générale de Proclean, une société qui utilise des techniques mécanisées pour nettoyer les plages et recueillir les ordures ménagères.

-Khadija Idrissi Janati (Maroc): fondatrice de la société KMK Partners qui figure dans le classement des 500 entreprises arabes à forte croissance publié par All Growth Network.

-Nima Elbagir (Soudan) : correspondante de CNN International. Elle a notamment couvert la crise des réfugiés au Soudan et l’enlèvement des lycéennes de Chibok par les fondamentalistes de Boko Haram dans le nord du Nigeria.

A l’échelle mondiale, on trouve notamment dans la liste des jeunes leaders une femme qui lutte pour arrêter le trafic illégal d’organes, une autre qui est dans le domaine du recyclage des déchets radioactifs de l’énergie nucléaire, une troisième qui fait repousser les os humains endommagés ainsi que l’une des femmes élues au parlement de l’Afghanistan et le directeur adjoint de la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme. ECOFIN

Laisser un commentaire