Share
Mali : une loi sur l’installation des autorités transitoires dans le nord du pays divise la majorité et l’opposition

Mali : une loi sur l’installation des autorités transitoires dans le nord du pays divise la majorité et l’opposition

Mali : une loi sur l’installation des autorités transitoires dans le nord du pays divise la majorité et l’opposition
Summary:
Un projet de loi, qui permet aux représentants des groupes armés, du gouvernement et des autorités traditionnelles d'assurer la gestion des régions nord du Mali, a été voté jeudi par l'Assemblée nationale malienne et divise la majorité et l'opposition.

0%

Mali : une loi sur l'installation des autorités transitoires dans le nord du pays divise la majorité et l'opposition

Assemblée Nationale malienne


Un projet de loi, qui permet aux représentants des groupes armés, du gouvernement et des autorités traditionnelles d’assurer la gestion des régions nord du Mali, a été voté jeudi par l’Assemblée nationale malienne et divise la majorité et l’opposition.

L’opposition a boycotté la séance pour contester ce projet de loi qui, selon elle, “renferme beaucoup d’insuffisances” et “n’a rien à voir avec la mise en œuvre de l’accord de paix” signé entre les groupes armés et le gouvernement, a indiqué le député Mody N’Diaye.

A la veille du vote, le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé avait estimé au cours d’une conférence de presse que “si le projet était voté, cette loi serait un pas de plus vers la partition du pays en instituant en matière d’administration et de gestion des collectivités, deux régimes juridiques distincts : l’un s’appliquant au reste du territoire national et qui resterait dans le domaine de la loi, et l’autre relevant du domaine réglementaire et ne concernant que les régions (nord) de Gao, Tombouctou, Kidal, Ménaka et Taoudénit, appelées Azawad par certains”.

Cependant, au sein de la majorité, on assiste à une autre lecture. De l’avis de Yacouba Traoré, député de la majorité, “la loi ainsi votée va en droite ligne de la mise en œuvre de l’accord de paix, qui est un élément indispensable pour l’unité du Mali”.

Aicha Belco Maïga, également députée de la majorité, a estimé que l’adoption de cette loi “va permettre au Mali de ramener l’administration là où elle n’existe pas et de permettre aux populations de bénéficier des services sociaux de base”.

“Je suis de la région de Kidal. Je suis très bien placée pour comprendre que cette loi est indispensable pour nous. Dans le nord (du Mali), les mouvements armés n’acceptent pas que d’autres personnes gèrent à leur place. Par la mise en place de ces autorités intérimaires, chacun aura la main dans le plat et nous allons manger ensemble”, a conclu l’élue du nord face à la presse.

Selon les amendements apportés par les députés de la majorité, les autorités transitoires exerceront leur mandat pendant une durée de six mois, au lieu des 18 mois prévus dans le projet de loi initial. Xinhua

Laisser un commentaire