Share
Axe Moscou, Téhéran, Damas : Alger semble avoir choisi son camp

Axe Moscou, Téhéran, Damas : Alger semble avoir choisi son camp

En effet, le premier ministre algérien parti en Russie  a signé des dizaines d’accords de coopération portant sur l’énergie,  l’armement, l’industrie et l’agriculture. 

Axe Moscou, Téhéran, Damas : Alger semble avoir choisi son camp
Summary:
Les deux parties ont aussi réaffirmé leur convergence de vue en termes politiques et diplomatiques dans les dossiers comme celui de la Syrie, du Yémen, ou encore de l'Irak. Sur cette base, il n'est guère oisif de prévoir l'adhésion imminente d'Alger à l'axe Moscou-Téhéran-Damas. Cet axe s' oppose au projet saoudien au Moyen Orient et dans le golfe Persique lequel vise à contrer l'influence de l'Iran .Riyad réagit violemment à tout courant ou parti qui coopérerait avec l'Iran.

0%

Alger semble avoir choisi son camp

Le président syrien Bachar al-Assad reçoit le ministre délégué algérien pour les affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, à Damas, le 25 avril 2016. © AFP/SANA


Les deux parties ont aussi réaffirmé leur convergence de vue en termes politiques et diplomatiques dans les dossiers comme celui de la Syrie, du Yémen,  ou encore de l’Irak. Sur cette base, il n’est guère oisif de prévoir l’adhésion imminente d’Alger à l’axe Moscou-Téhéran-Damas. Cet axe s’ oppose au projet saoudien au Moyen Orient et dans le golfe Persique lequel vise à contrer l’influence de l’Iran .Riyad réagit violemment à tout courant ou parti qui coopérerait avec l’Iran.

Le journal Al Arab qui paraît à Londres revient sur les contentieux qui opposent Alger et Riyad: « les deux parties en sont à une phase des tensions latentes. Alger s’ est refusé à rallier la coalition de guerre contre le Yémen. La baisse des cours du pétrole qu’a provoquée Riyad pour contrer la Russie et l’Iran a fortement détérioré les relations saoudo-algériennes et ce sans compter le soutien de l’Algérie à Damas ou encore le refus d’Alger de considérer, de concert avec Riyad et ses alliés, le Hezbollah comme étant une organisation terroriste.

Il y a quelques semaines, le président Bouteflika à envoyé son émissaire spécial à Riyad pour tirer au clair l’état des liens bilatéraux.  Les autorités saoudiennes ont décliné l’invitation du président algérien au roi accusant Alger de semer la zizanie au sein du monde arabe.

Au dernier sommet arabe, la ligue arabe à reconnu implicitement la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, provoquant l’ire d’Alger. Ce fut semble-t-il la dernière goutte d’eau qui a fait déborder la vase: cette démarche aurait décidé Alger de rejoindre l’axe Moscou Téhéran Damas. Aussitôt après l’émissaire algérien à regagné Damas, visite précédée par celle du PM algérien à Moscou. Une haute délégation algérienne est aussi attendue à Téhéran.

A Moscou, le PM algérien a prouvé via la signature des dizaines de contrat sa volonté de jeter les bases d’une équation stratégique nouvelle au Moyen Orient qui pourrait ne pas être du goût de Riyad et de ses alliés

La Russie va fournir à l’Algérie huit avions Sukhoï avant la fin de l’année et huit autres, l’année prochaine. Des batteries de défense anti aérienne de longue et de moyenne portée vont également être livrés à Alger.
Le montant des contrats s’ élève à au moins 8 milliards de dollars. L’armée algérienne est la seconde armée du monde arabe et la 27eme du monde.

L’axe Iran-Russie-Syrie-Algérie se renforcera davantage à la lumière des coopérations qui se nouent entre Gazprom et l’Algérie autour de l’extraction du gaz de schiste.

Laisser un commentaire