Share
RDC, la tension monte: Des ONG congolaises demandent à la l’ONU de “retirer son soutien” à la CENI

RDC, la tension monte: Des ONG congolaises demandent à la l’ONU de “retirer son soutien” à la CENI

RDC, la tension monte: Des ONG congolaises demandent à la l’ONU de “retirer son soutien” à la CENI
Summary:
La démarche de la Commission électorale congolaise décriée par plusieurs organisations locales. Une coalition de 33 ONG de la République démocratique du Congo a appelé, lundi, l’ONU à “retirer son soutien” à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), accusée “de violer la résolution 2277 du Conseil de sécurité”. Cette résolution adoptée le 30 mars dernier invite, en effet, la CENI à publier un calendrier complet révisé de la totalité du cycle électoral. Et selon Constitution congolaise, l‘élection présidentielle doit être convoquée 90 jours avant l’expiration du mandat du président en exercice, c’est-à-dire le 19 septembre prochain.

0%

RDC, la tension monte: Des ONG congolaises demandent à la l'ONU de "retirer son soutien" à la CENI

La démarche de la Commission électorale congolaise décriée par plusieurs organisations locales.

Une coalition de 33 ONG de la République démocratique du Congo a appelé, lundi, l’ONU à “retirer son soutien” à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), accusée “de violer la résolution 2277 du Conseil de sécurité”. Cette résolution adoptée le 30 mars dernier invite, en effet, la CENI à publier un calendrier complet révisé de la totalité du cycle électoral. Et selon Constitution congolaise, l‘élection présidentielle doit être convoquée 90 jours avant l’expiration du mandat du président en exercice, c’est-à-dire le 19 septembre prochain.

Or, l’enregistrement des électeurs n’a démarré que le 31 juillet dernier et devrait durer 11 mois. La semaine dernière, le président Joseph Kabila a déclaré, lors d’une visite en Ouganda, que le calendrier électoral sera publié à l’issue de ces opérations, donc pas avant juin 2017.

Les ONG qui appellent l’ONU à retirer son soutien à la CENI, voient en cette déclaration une volonté du président congolais de violer la Constitution pour se maintenir au pouvoir, alors que son mandat expire le 20 décembre prochain. Mais la Cour constitutionnelle a pris une décision en mai dernier autorisant Joseph Kabila à rester au pouvoir en cas de report de la présidentielle.Avec AFP

Laisser un commentaire