Share
Guinée-Conakry : un mort et deux blessés lors des heurts entre manifestants et forces de sécurité (témoins)

Guinée-Conakry : un mort et deux blessés lors des heurts entre manifestants et forces de sécurité (témoins)

Guinée-Conakry : un mort et deux blessés lors des heurts entre manifestants et forces de sécurité (témoins)
Summary:
La manifestation organisée mardi par les partis politiques de l'opposition guinéenne s'est soldé par des heurts qui ont provoqué la mort d'un jeune et deux blessés graves dont une femme. Selon des témoins, la victime Thinerno Hamidou Diallo, âgé de 20 ans, aurait été touchée par balle au cours des affrontements violents entre les forces de l'ordre et les jeunes manifestants au niveau du carrefour de Bambeto, le centre du fief de l'opposition.

0%

Guinée-Conakry : un mort et deux blessés lors des heurts entre manifestants et forces de sécurité (témoins)

La manifestation organisée mardi par les partis politiques de l’opposition guinéenne s’est soldé par des heurts qui ont provoqué la mort d’un jeune et deux blessés graves dont une femme.

Selon des témoins, la victime Thinerno Hamidou Diallo, âgé de 20 ans, aurait été touchée par balle au cours des affrontements violents entre les forces de l’ordre et les jeunes manifestants au niveau du carrefour de Bambeto, le centre du fief de l’opposition.

Après la tenue des discours par les principaux leaders des partis politiques de l’opposition sur l’esplanade du Stade du 28 septembre de Conakry, la foule des manifestants s’est dirigée vers le point de départ dans les quartiers en banlieu de Conakry.

Aussitôt arrivé au niveau du carrefour de Bambeto où des agents de sécurités étaient postés pour le maintien de l’ordre, des jets de pierres ont commencé contre les forces de l’ordre. Pour disperser la foule, des agents auraient fait usage des armes en faisant des tirs de sommation dans toutes les directions.

Informé de la mort du jeune Thierno Hamidou, le chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, principal parti d’opposition) s’est rendu aussitôt à la clinique “Mère et Enfant” située en banlieue de Conakry pour s’imprégner de la réalité.

M. Diallo a accusé ainsi la police d’avoir fait usage des armes à feux contre ces militants qui rentraient paisiblement chez eux après avoir effectué la manifestation sans incident majeur sur l’itinéraire indiqué par les organisateurs.

Peu avant l’annonce de cette nouvelle, le ministre de l’Enseignement technique Albert Damantang Camara, qui est également porte-parole du gouvernement, a salué le climat de paix et de quiétude sociale lors de cette manifestation de l’opposition.

Laisser un commentaire