Share
Soudan du Sud, de catastrophe en catastrophe: des pluies diluviennes tuent une centaine de personnes

Soudan du Sud, de catastrophe en catastrophe: des pluies diluviennes tuent une centaine de personnes

Soudan du Sud, de catastrophe en catastrophe: des pluies diluviennes tuent une centaine de personnes
Summary:
Des pieds dans l’eau pour les soudanais, conséquence des inondations provoquées par des pluies torentielles qui se sont abattues dans le pays. La situation devient préoccupante, pathologies et crise alimentaires semblent se dessiner dans les zones touchées par ces fortes pluies.

0%

Soudan du Sud, de catastrophe en catastrophe: Des pluies diluviennes tuent une centaine de personnes

Des pieds dans l’eau pour les soudanais, conséquence des inondations provoquées par des pluies torentielles qui se sont abattues dans le pays. La situation devient préoccupante, pathologies et crise alimentaires semblent se dessiner dans les zones touchées par ces fortes pluies.

Depuis deux semaines déjà, ces intempéries ont tués au moins une centaine de personnes dont 25 dans l’Etat du Kassala, à la frontière avec l’Erythrée. Selon la Croix-Rouge.

Des milliers de maisons ont par ailleurs été détruites, obligeant de nombreuses personnes à vivre dans des abris de fortune.

Ces inondations ont touché plus de 122. 000 personnes et détruit un peu plus de 13.000 habitations, selon l’OCHA, le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu.

“Ca fait 10 jours maintenant. Personne ne nous a apporté d’eau potable ou de nourriture”

Des organisations non-gouvernementales redoutent déjà des cas de paludisme dans des secteurs touchés par ces inondations.

L’eau potable et la nourriture commencent aussi à faire défaut.

Des humanitaires éprouvent des difficultés pour l’acheminement de l’aide, les pluies ayant paralysé les différentes voies d’accès aux zones sisnistrées. “L’autoroute a été coupée. D’autres routes rurales sont aussi endommagées, rendant difficile l’accès aux villageois coincés dans des secteurs reculés”, explique Hussain Saleh, qui travaille avec l’ONG Tlawaiet, basée à Kassal

Le gouverneur de Kassala dit avoir apporté de l’aide aux populations. “Nous avons fourni de la nourriture, des abris et des médicaments aux gens dans le besoin”, a décalré Adam Jamaa .

Des familles sinistrés n’abondent toujours pas dans le même sens. “Ca fait 10 jours maintenant. Personne ne nous a apporté d’eau potable ou de nourriture”, se lamente Tahir Osheikh, dont le village se trouve à 70 km de la rivière Gash. Avec AFP

Laisser un commentaire