Share
L’éthiopien qui avait critiqué le régime éthiopien aux JO est “rassuré par le gouvernement en place”

L’éthiopien qui avait critiqué le régime éthiopien aux JO est “rassuré par le gouvernement en place”

L’éthiopien qui avait critiqué le régime éthiopien aux JO est “rassuré par le gouvernement en place”
Summary:
Addis-Abeba a assuré que rien n’arriverait à Feyisa Lilesa, l’athlète médaillé d’argent au JO de Rio, qui avait affirmé craindre pour sa vie après avoir contesté ouvertement la politique éthiopienne.

0%

l'éthiopien qui avait critiqué le régime éthiopien aux JO est "rassuré le gouvernement en place"

Addis-Abeba a assuré que rien n’arriverait à Feyisa Lilesa, l’athlète médaillé d’argent au JO de Rio, qui avait affirmé craindre pour sa vie après avoir contesté ouvertement la politique éthiopienne.

“Lilesa ne rencontrera aucun problème en raison de sa prise de position politique”, s’est voulu rassurant le porte-parole du gouvernement, Getachew Reda, cité par la radio d‘État Fana à l’endroit de Feyisa Lilesa. Mieux, M. Getachew précise que “l’athlète sera accueilli lors de son retour à la maison au même titre que les autres membres de l‘équipe olympique éthiopienne” et cela, “bien qu’il soit impossible (sic) d’exprimer un point de vue politique aux jeux Olympiques” .

Une déclaration qui devrait rassurer l’athlète qui avait déclaré en conférence de presse dimanche craindre un retour au pays après sa protestation “contre l’attitude du gouvernement à l‘égard des Oromo”. “Si vous parlez de démocratie, ils vous tuent. Si je retourne en Éthiopie, peut-être qu’ils vont me tuer, ou me mettre en prison”, avait-il ajouté. “C’est très dangereux dans mon pays. Peut-être que je devrais aller dans un autre. Je manifestais pour tous les gens qui ne sont pas libres”, avait-il par ailleurs envisagé.

En effet, quelques heures avant la conférence, le médaillé d’argent au marathon hommes avait franchi la ligne d’arrivée, les bras croisés au-dessus de sa tête. Un geste, symbole des manifestations du groupe Oromo depuis plusieurs mois en Éthiopie. Lors de la cérémonie de remise des médailles, l’athlète avait réitéré son geste.

Cette polémique expose une nouvelle fois aux médias du monde entier et donc à la communauté internationale la situation politico-sociale qui prévaut actuellement en Éthiopie. Depuis 2015, des manifestations du groupe Oromo (centre et ouest) sont violemment réprimées. Il y a peu, la grogne a gagné la région Amhara (nord). Des manifestations qui selon des ONG de défense des droits de l’homme ont fait des centaines de manifestants tués.

Ces deux groupes ethniques majoritaires en Éthiopie (60 % de la population) dénoncent une gouvernance sans partage du groupe Tigré – originaires du nord et minoritaire – qui occupe les postes-clés au sein du gouvernement et des forces de sécurité Avec AFP

Laisser un commentaire