Share
RDC : Cela va-t-il décrisper les choses ? Cinq nouveaux prisonniers d’opinion libérés (gouvernement)

RDC : Cela va-t-il décrisper les choses ? Cinq nouveaux prisonniers d’opinion libérés (gouvernement)

RDC : Cela va-t-il décrisper les choses ? Cinq nouveaux prisonniers d’opinion libérés (gouvernement)
Summary:
Le gouvernement congolais a annoncé avoir validé la libération de cinq militants pro-démocratie. Une concession, selon Kinshasa, qui vise la décrispation du climat politique. “J’ai écrit ce jour au procureur général de la République pour procéder aux formalités en vue de libérer quatre activistes de Lucha : Bienvenu Matumo, Victor Tesongo, Héritier Kapitene, Godefroy Mwanabwato ainsi qu’un activiste du mouvement Filimbi : Jean de Dieu Kilima”, déclarait à la presse le ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba ce vendredi.

0%

RDC : cinq nouveaux prisonniers d'opinion libérés - gouvernement

Le gouvernement congolais a annoncé avoir validé la libération de cinq militants pro-démocratie. Une concession, selon Kinshasa, qui vise la décrispation du climat politique.

“J’ai écrit ce jour au procureur général de la République pour procéder aux formalités en vue de libérer quatre activistes de Lucha : Bienvenu Matumo, Victor Tesongo, Héritier Kapitene, Godefroy Mwanabwato ainsi qu’un activiste du mouvement Filimbi : Jean de Dieu Kilima”, déclarait à la presse le ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba ce vendredi.

La libération de ces militants pro-démocratie incarcérés à la prison de Makala, à Kinshasa, devraient être effective “dans les deux, trois jours”, a précisé le ministre.

Ces cinq nouveaux noms viennent grossir la liste des 24 prisonniers politiques que le gouvernement congolais dit avoir libéré la semaine dernière. Sur cette liste, étaient également inscrits les noms de Fred Fauma (Lucha) et Yves Makwambala (Filimbi), qui étaient poursuivis par la justice congolaise pour complot contre le président Kabila. Jusque-là, ils sont toujours maintenus en détention.

Pour M. Thambwe, libérer ces prisonniers ouvre la voie à un climat politique plus clément en République démocratique du Congo. Encore que la libération de prisonniers politiques et d’opinion fait partie des conditions d’une frange de l’opposition pour participer au dialogue voulu par le président Joseph Kabila. Des pourparlers qui se sont d’ailleurs ouverts le mardi avec une partie de l’opposition, la majorité présidentielle et la société civile, sous l‘égide du facilitateur désigné de l’Union africaine, l’ancien Premier ministre togolais, Edem Kodjo.

Quant au Rassemblement, coalition qui regroupe les têtes fortes de l’opposition dont Etienne Tshisekedi et Moïse Katumbi, il continue de se soustraire à ces négociations. Il estime que bon nombre des exigences présentées au pouvoir n’ont toujours pas été prises en compte.

Rien de rassurant alors qu’approche la fin du second mandat de Joseph Kabila, le 20 décembre. Ses opposants restent convaincus que le président sortant, arrivé au pouvoir en 2001, veut s’accrocher au pouvoir en repoussant la présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l’année. AFP

Laisser un commentaire