Share
Le Burundi ne croit pas au génocide rwandais de 1994:  Accusations de “montages génocidaires” au Rwanda, l’ONU répond au Burundi

Le Burundi ne croit pas au génocide rwandais de 1994: Accusations de “montages génocidaires” au Rwanda, l’ONU répond au Burundi

Le Burundi ne croit pas au génocide rwandais de 1994: Accusations de “montages génocidaires” au Rwanda, l’ONU répond au Burundi
Summary:
Le président de l’Assemblée nationale au burundi, par ailleurs cacique du pouvoir en place avait accusé la communauté internationale d’avoir orchestré le génocide au Rwanda. Une déclaration qui selon l’ONU“pourrait être interprétée comme la négation du génocide et a le potentiel d’enflammer les tensions ethniques”.

0%

Le Burundi ne croit pas au génocide rwandais de 1994: Accusations de "montages génocidaires" au Rwanda, l'ONU répond au Burundi

Le président de l’Assemblée nationale au burundi, par ailleurs cacique du pouvoir en place avait accusé la communauté internationale d’avoir orchestré le génocide au Rwanda. Une déclaration qui selon l’ONU“pourrait être interprétée comme la négation du génocide et a le potentiel d’enflammer les tensions ethniques”.

Le pouvoir burundais ouvre une nouvelle polémique autour du génocide rwandais. A l’origine de cette nouvelle controverse, le président de l’Assemblée nationale burundaise, Pascal Nyabenda. Sur le site web du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie–Forces pour la défense de la démocratie (CNDD–FDD), dont il a été le président, Pascal Nyabenda suggère que la communauté internationale aurait orchestré des “montages génocidaires contre le Gouvernement dit Hutu de Kigali”.

La déclaration publiée sur le site web du CNDD–FDD le 16 août estime que ce prétendu complot aurait été fabriqué pour éliminer le gouvernement Hutu qui était au pouvoir au Rwanda à l‘époque.

Des insinuations auxquelles les Nations unies ont fermement réagi par la voix d’Adama Dieng, conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU sur la prévention du génocide. Mercredi, il s’est dit préoccupé par les “déclarations incendiaires” de Pascal Nyabenda. Il craint, au delà, que ce genre de propos qui “pourraient être interprétés comme la négation du génocide” n’attisent “les tensions ethniques, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières du Burundi”.

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président du parti au pouvoir se montre aussi catégorique sur la question du génocide rwandais. Dans une interview qu’il accordait au magazine Jeune Afrique le 15 janvier dernier, Pascal Nyabenda n’avait pas usé de gangs pour aborder le sujet. A la question de savoir si le génocide était un scénario plausible au Burundi, il répondait sans pincettes : “ce mot vient du Rwanda. C’est la chanson des Rwandais”. Plus loin, alors qu’on lui demandait “qui aurait intérêt à fait croire à un génocide au Burundi, il martelait : “Je vous l’ai dit : le Rwanda. C’est eux qui vendent ce terme”.

Les relations entre le Burundi et le Rwanda se sont davantage détériorées ces derniers mois à l’occasion de la crise politico-sociale que vit le Burundi, suite à la réélection en juillet de Pierre Nkurunziza. Le Burundi avait notamment accusé son voisin rwandais d’entrainer des rebelles sur son territoire. Des accusations vivement démenties par la diplomatie rwandaise. A.NEWS

Laisser un commentaire