Share
Mali: Le ministre de la Défense limogé après la prise d’une localité par des terroristes

Mali: Le ministre de la Défense limogé après la prise d’une localité par des terroristes

Mali: Le ministre de la Défense limogé après la prise d’une localité par des terroristes
Summary:
Le ministre malien de la défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, a été limogé samedi soir, au lendemain de l'occupation temporaire de la localité de Boni par des terroristes, a appris Anadolu de source officielle. Selon un communiqué de la présidence de la République, lu au Journal télévisé de la télévision publique, le décret du 7 juillet 2016 portant nomination des membres du gouvernement est «abrogé en ce qui concerne Monsieur Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de la défense et des anciens combattants».

0%

Mali: Le ministre de la Défense limogé après la prise d'une localité par des terroristes

Le ministre malien de la défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, a été limogé samedi soir, au lendemain de l’occupation temporaire de la localité de Boni par des terroristes, a appris Anadolu de source officielle.

Selon un communiqué de la présidence de la République, lu au Journal télévisé de la télévision publique, le décret du 7 juillet 2016 portant nomination des membres du gouvernement est «abrogé en ce qui concerne Monsieur Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de la défense et des anciens combattants».

Coulibaly est remplacé par Abdoulaye Idrissa Maïga, jusque-là ministre de l’administration territoriale, lui-même remplacé par Mohamed Ag Erlaf, ministre de la décentralisation et de la réforme de l’Etat. Ces deux derniers départements ministériels ayant fusionné, la taille du gouvernement malien passe de 34 à 33 membres.

Ce limogeage intervient au lendemain de la prise de la localité Boni, par des hommes relevant du groupe terroriste Ansar Dine, qui ont incendié des bâtiments publics dont la gendarmerie et la mairie.

L’armée malienne n’a repris le contrôle de la localité que samedi matin, après que les terroristes s’en sont « volontairement retirés », dans la nuit de vendredi à samedi, selon une source sécuritaire approché par Anadolu.

Les attaques des groupes armés se sont multipliées, ces derniers mois, dans le centre du pays. Plusieurs postes de gendarmerie et de militaires ont été attaqués par des bandits, narco-trafiquants ou terroristes à Boulekassi, Gawa, Wô, Bandiagara, Mopti, Sy, San et Ségou.

Les Forces armées et de sécurité ont subi, tout au long de ces derniers mois, de lourdes pertes en vie humaine et des dégâts matériels importants.

La menace de ces « forces négatives » fait perdurer l’instabilité dans ce pays, selon l’ONU, plus d’un an après la signature d’un accord de paix entre Bamako et des groupes autonomistes du Nord (Azawad). AA

Laisser un commentaire