Share
Vers la destruction des armes chimiques libyennes

Vers la destruction des armes chimiques libyennes

Vers la destruction des armes chimiques libyennes
Summary:
Les derniers stocks de produits libyens pouvant servir à la fabrication d'armes chimiques sont arrivés sans encombre en Allemagne où ils seront détruits, après avoir été transportés de Libye par bateau, a annoncé jeudi un organisme mondial de surveillance.

0%

Vers la destruction des armes chimiques libyennes

Des armes chimiques détruites, le 11 novembre 2012, à Tripoli sous la surveillance des experts de l’ONU. ©AFP


Les derniers stocks de produits libyens pouvant servir à la fabrication d’armes chimiques sont arrivés sans encombre en Allemagne où ils seront détruits, après avoir été transportés de Libye par bateau, a annoncé jeudi un organisme mondial de surveillance.

« Un autre cap crucial a été franchi dans l’élimination des éléments restants entrant dans la composition d’armes chimiques », a souligné Ahmet Uzumcu, le directeur général de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), dans un communiqué.

Ces stocks, 23 réservoirs de produits chimiques, ont été transportés sur un navire danois qui a quitté le 30 août le port de Misrata, à 200 km à l’est de Tripoli, sous la supervision des Nations unies. Une opération maritime commune impliquant plusieurs Etats et dirigée par le Danemark.

Ces produits étaient auparavant entreposés à environ 200 kilomètres au sud de Syrte, théâtre d’affrontements entre les forces du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et le groupe terroriste Daech.

La destruction de quelque 500 tonnes de produits chimiques toxiques par GEKA, la Société fédérale allemande pour le traitement des armes et des résidus d’armes chimiques, sera la dernière phase de cette opération.

Elle intervient au terme d’un processus engagé par le GNA, qui avait demandé l’aide internationale pour en finir avec la menace que faisait peser la présence de telles armes héritées du régime de Mouammar Kadhafi.

Le GNA craignait qu’elles ne tombent entre les mains de Daech, présent en Libye depuis 2015.

AFP

Laisser un commentaire

*