Share
Paul KAGAME a appelé la communauté internationale à arrêter et extrader vers Kigali les fugitifs (500) de génocide vivant dans différents pays

Paul KAGAME a appelé la communauté internationale à arrêter et extrader vers Kigali les fugitifs (500) de génocide vivant dans différents pays

Paul KAGAME a appelé la communauté internationale à arrêter et extrader vers Kigali les fugitifs (500) de génocide vivant dans différents pays
Summary:
Le Rwanda a appelé la communauté internationale à arrêter et extrader vers Kigali les fugitifs de génocide vivant dans différents pays. Richard Muhumuza, procureur général du Rwanda a déclaré dimanche que l'Unité de suivi des fugitifs du génocide rwandais (GFTU) poursuit plus de 500 suspects de génocide vivant dans la clandestinité à différents coins le monde.

0%

Le Rwanda a appelé la communauté internationale à arrêter et extrader vers Kigali les fugitifs de génocide vivant dans différents pays. Richard Muhumuza, procureur général du Rwanda a déclaré dimanche que l’Unité de suivi des fugitifs du génocide rwandais (GFTU) poursuit plus de 500 suspects de génocide vivant dans la clandestinité à différents coins le monde.

« Nous remercions les pays qui ont coopéré avec le Rwanda et extradé des suspects notoires de génocide vers le pays, nous attendons avec impatience l’extradition d’autres fugitifs au Rwanda pour faire face à la justice », a-t-il déclaré. « Nous demandons aux pays de la communauté internationale d’enquêter, d’arrêter et d’extrader, tous les autres fugitifs accusés de génocide résidant sur leur territoire ».

Les commentaires de M. Muhumuza suivent l’extradition de deux suspects de génocide des Pays-Bas au Rwanda samedi soir.

L’extradition fait suite à la décision d’un tribunal néerlandais d’expulser Jean-Claude Iyamuremye et Jean-Baptiste Mugimba pour génocide et crimes contre l’humanité commis pendant le génocide de 1994.

La Commission nationale pour la lutte contre le génocide (CNLG) a salué le gouvernement néerlandais pour son soutien à la cause de justice.

La plupart des suspects résidant en Europe se trouvent en Belgique et en France. En Afrique, la plupart des fugitifs se cachent en République démocratique du Congo et en Ouganda, selon la GFTU.

Selon le ministère public rwandais, les suspects extradés de Hollande ont été transférés à la prison centrale de Kigali où ils attendront leur procès devant la Chambre spécialisée des crimes internationaux de la Haute Cour.

Mugimba et Iyamuremye seront jugés pour génocide, conspiration pour commettre le génocide, complicité dans le génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide, meurtre comme crime contre l’humanité et extermination comme crime contre l’humanité commis dans la ville de Kigali.

Mugimba était auparavant employé par la Banque Nationale du Rwanda (BNR) et secrétaire général de la Coalition pour la Défense de la République (CDR), un parti politique extrémiste Hutu.

Iyamuremye est soupçonné d’avoir dirigé la milice Interahamwe dans le secteur de Kicukiro et membre du Mouvement révolutionnaire national pour le développement (MRND).

Actuellement, onze personnes accusées de génocide ont été extradées de l’Ouganda, de la RDC, du Canada, des États-Unis, des Pays-Bas et du TPIR pour être jugées au Rwanda.

Les principaux fugitifs qui ont échappé à la justice depuis près de deux décennies comprennent notamment Felicien Kabuga, présumé principal financier du génocide; Protais Mpiranya, ancien commandant de la célèbre garde présidentielle, et l’ancien ministre de la Défense Augustin Bizimana. Xinhua

1 CommentaireSur cette publication

  1. Alors officier de l’armée ougandaise et directeur du service de renseignements militaires de l’Etat Ougandais, Kagame a déclenché la guerre contre le Rwanda aux seules fins de s’emparer du pouvoir par la force au Rwanda, le tout avec l’aide de la Belgique, Canada, USA et Royaume Uni.
    Pour réaliser son projet, il a enrôlé dans son armée, FPR, des milliers de Tutsi de l’intérieur et de l’extérieur du Rwanda.
    Pour réaliser son projet, il devait nécessairement massacré des millions de Hutu, plus de 90% de la population rwandaise, éliminer physiquement les dirigeants Hutu y compris les religieux, peu importe leurs partis politiques et leurs religions. C’est exactement ce qu’il a fait: massacres des milliers de paysans rwandais avant et après avril 1994. Il a décapité l’opposition par les assassinats ciblés de ses dirigeants, il a assassiné le Président Habyalimana ( ses aveux publics devant des millions de Rwandais). Il a décapité l’Eglise Catholique ( voir la liste des religieux et religieuses sur la Toile). Kagame a marché dans le sang des millions de Rwandais pour accéder au pouvoir par les armes.
    A son actif macabre au Rwanda, il faut y ajouter des millions de femmes, enfants et hommes congolais de tous âges et conditions du Kivu.
    Kagame est paranoïaque depuis plusieurs années. Tous les Rwandais qui s’expriment négativement sur sa gestion de notre pays, qui évoquent ses millions de cadavres rwandais et congolais, sont ses ennemis qui doivent conséquemment être éliminés. Son masque est tombé.
    Le drame pour le Rwanda est d’avoir à sa tête un individu paranoïaque et sanguinaire. Ce qui est frappant et la preuve que Kagame est un déséquilibré mental comme l’a dit justement Kayumba Nyamwasa qui le connaît mieux que les étrangers qui l’encensent d’éloge qui, devant des millions de Rwandais et journalistes du monde entier a avoué ses forfaits et exprimé ses regrets pour n’avoir terminé le travail, c’est-à-dire, réduire les Hutu à une proportion significative, pour ce qu’ils sont.
    Si Kagame était en état mental normal, il aurait eu l’outrecuidance de demander pardon à l’église catholique pour les massacres des religieux et religieuses sans oublier les viols massifs de celles-ci pas ses soldats.
    Selon les oligarques du régime, les massacres de masse qu’il a commis contre les Hutu et religieux rwandais sont légitimes car ils étaient génocidaires des Tutsi. Pour des millions de cadavres de Congolais à son actif, qu’avaient-ils fait contre les Tutsi ?
    Le génocide dit des Tutsi est devenu un fonds de commerce et un instrument d’oppression contre les Hutu listes et de chantage à l’endroit de la France. Mais quant on pose la question de Kagame sur ce qu’il a fait pour empêcher les massacres des siens à savoir les Tutsi puisqu’il était nécessairement au courant de sa prétendue planification via les services secrets rwandais dirigé par un membre notoire du FPR, Iyamuremye Augustin, il sèche. En réponse à la question posée, il sort le génocide de Tutsi. Pour plus d’information sur le vrai Kagame, voir la Toile: Veritas info, Jambo News? Association CLIIR.

    Répondre

Laisser un commentaire