Share
Une mère poursuit sa fille transgenre, pour avoir obtenu un traitement hormonal de changement de sexe sans son autorisation

Une mère poursuit sa fille transgenre, pour avoir obtenu un traitement hormonal de changement de sexe sans son autorisation

Une mère poursuit sa fille transgenre, pour avoir obtenu un traitement hormonal de changement de sexe sans son autorisation
Summary:
Une mère de famille a décidé de poursuivre sa fille trans pour avoir obtenu un traitement hormonal de changement de sexe sans son autorisation. Anmarie Calgaro a déposé sa plainte auprès d’un tribunal du comté de St. Louis dans le Minnesota mercredi. Son enfant de 17 ans, auquel elle fait référence comme son «fils», n’est pas la seule personne visée par la poursuite.

0%

Une mère poursuit sa fille transcende, pour avoir obtenu un traitement hormonal de changement de sexe sans son autorisation

Une mère de famille a décidé de poursuivre sa fille trans pour avoir obtenu un traitement hormonal de changement de sexe sans son autorisation. Anmarie Calgaro a déposé sa plainte auprès d’un tribunal du comté de St. Louis dans le Minnesota mercredi. Son enfant de 17 ans, auquel elle fait référence comme son «fils», n’est pas la seule personne visée par la poursuite.

La requête de Mme Calgaro vise également les cliniques Park Nicollet et Fairview, le comté de St. Louis et l’école de l’adolescente.

La mère de famille n’a pas aimé que ces établissements et services traitent la jeune fille comme une mineure émancipée.

«Le point fondamental de cette plainte repose sur le fait que mon droit d’élever mon enfant comme je le souhaite a été bafoué», a expliqué la femme de 38 ans à BuzzFeed News.

En juin 2015, la fille d’Anmarie Calgaro avait obtenu l’autorisation d’un tribunal de devenir une mineure émancipée. Elle avait expliqué à la cour qu’elle vivait loin de sa famille depuis plus de six mois.

Quelques semaines plus tard, elle avait commencé son traitement hormonal pour changer de sexe, sans que ses parents ne soient au courant.

Au Minnesota, les mineurs qui s’assument financièrement et qui vivent seuls ne sont en effet pas obligés d’avoir l’accord de leur parent pour recevoir des soins médicaux.

«Cette décision a été prise à la réception d’un cabinet médical. L’enfant peut payer pour ses traitements, alors on les lui fournit (…) Nous disons que cette loi est erronée, car elle ne permet pas à un parent de l’amener en cour», a fait savoir l’avocat de Mme Calgaro, Erick Kaardal.

La mère de famille dit agir dans l’intérêt de son «fils» et qu’elle veut simplement le protéger de quelque chose «qu’il pourrait regretter».

Aucune des parties poursuivies n’a voulu répondre aux questions des médias pour le moment. Avec AFP

Laisser un commentaire

*