Share
La tribune de Dominique Kabongo: la RDC face à sa destinée avec ses acteurs politiques…

La tribune de Dominique Kabongo: la RDC face à sa destinée avec ses acteurs politiques…

La tribune de Dominique Kabongo: la RDC face à sa destinée avec ses acteurs politiques…
Summary:
A l’aube du 19 décembre 2016, notre pays sombre plus que jamais et sans notre ferme engagement, il risque d'aller vers un cataclysme sans précédent . Politiquement parlant, l’échec de la mission de la Cenco pour un nouveau dialogue remet le compteur à zéro dans les pourparler qui devraient s'en suivre. Que devons-nous retenir de ce désastre politique. Ou encore mieux de cette énième trahison de la patrie? Et qui en porte la responsabilité ?

0%

La tribune de Dominique Kabongo: la RDC face à sa destinée avec ses acteurs politiques...

Au crépuscule de la deadline du 19 décembre 2016 que nulle ne peut prédire l’issue. Les uns se cordonnent dans leur entêtement et d’autres font la pression pour le respect des textes fondateurs la Nation congolaise.  Notre pays sombre plus que jamais dans les abîmes ténébreux depuis l’avènement de la III république.  Et sans notre ferme engagement, cette Nation aux pieds d’argile, aurait glissé vers un cataclysme sans précédent.

Politiquement parlant, l’échec de la mission de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (Cenco) pour un nouveau dialogue remet le compteur à zéro dans les pourparler qui devraient s’en suivre. Que devons-nous retenir de ce désastre politique. Ou encore mieux de cette énième trahison de la patrie? Et qui en porte la responsabilité ?

Sans crainte d’être contredits, nous dirions simplement que la responsabilité incombe en grande partie d’une part à la fameuse majorité de Kabila et d’autre part à l’opposition qui excelle dans la grande division au détriment de la population exsangue, fatiguée de ces atermoiements à répétition. La première pour avoir toujours brillé dans les manœuvres dilatoires toutes les fois que l’avenir de la patrie est engagé et, manifestement menacé. Cette majorité est incapable de porter son regard sur l’avenir de sa progéniture, nos enfants et de la postérité au profit du ventre.

Et de ce fait, ils ignorent superbement que la politique est un service public, une vocation, un sacerdoce pour garantir le bien – être du peuple, en termes de développement et progrès social. Ils ignorent en plus, qu’un homme politique est au service du peuple et en tant que tel, il devrait servir de modèle. Par égard à leur comportement, ces messieurs et dames de la mouvance de Kabila se confondent parfaitement avec la masse inculte, tout en touchant le fond avec leur incurie manifeste…

C’est ici m’est lieu de paraphraser le professeur J. Ziegler qui définit la masse comme un troupeau d’hommes, sans idéal, sans intelligence, sans ambition et sans espoir. Et nous de renchérir : ne se contentant que de leur ventre et de ce qui leur est dicté. Avec ce type de comportement les fameux membres de ladite majorité hypothèquent l’avenir de leur propre patrie pour la mangeoire tel que le Professeur MAMPUYA les qualifie à raison.
Quant à l’opposition, elle se fait toujours rouler dans la farine comme un petit organe d’acquiescement, sans projection et envergure politique. Des véritables béni-oui-oui !
Comment peut-t-elle réclamer à cor et à cri des élections et le dialogue inclusif sans en aucun moment exiger illico praesto de la communauté internationale qui a imposé le même dialogue, la condamnation et le délogement sans ménagement aucun, des criminels qui sèment la désolation dans l’Est de notre pays, voilà bientôt dix neuf ans ?
Le dialogue du camp Tshatshi était-il conforme à l’esprit de la résolution 2277 de l’ONU ? Et pourtant, il s’est quand même tenu, sous la barbe de l’ONU et à travers cette dernière, la communauté internationale. Laquelle communauté internationale qui aujourd’hui effectue le ballet diplomatique à Limete, comme pour distraire les membres du Rassemblement et avec eux le président du comité des sages !! Et par ricochet notre peuple et sa diaspora qui avaient dit non, il faut le souligner, à ce dialogue proposé par l’ONU.

Laquelle ONU vient de laisser faire Kabila qui convoque son monologue dans un camp militaire !!
L’opposition en général, l’UDPS en particulier, devrait revoir ses stratégies. Parce qu’à l’allure où vont les choses l’on se croirait encore une fois dans un dialogue dit inter-congolais à Sun City qui légitima Kabila. Lequel s’avère aujourd’hui un véritable criminel de grand chemin.
Après toutes ces considérations, nous sommes en droit de dire que hier comme aujourd’hui, l’heure est grave. Au regard de cela, il appert que le Rassemblement devrait fourbir ses armes politiques pour envisager des actions politiques d’envergure, de nature à bloquer le criminel qui occupe notre pays avec ses maîtres à penser et qui ne compte pas le quitter de sitôt. Cela, à coup des corruption,violences, prédation, massacres des masses et empoisonnement à répétition. Partant de ce constat, ces Messieurs et Dames portent toute la responsabilité dans le chaos sans précédent vers lequel ils mènent notre pays.
En observant l’histoire du monde nous retiendrons que chaque nation avait non seulement besoin d’un leader charismatique, mais aussi et surtout d’un leadership fort et plein de ressources pour la conduire à sa libération.
Prenons tout simplement le cas de l’Afrique du Sud où Nelson Mandela et l’A.N.C. ont pu être à la hauteur des enjeux (bien que les résultats restent encore mitigés mais cela est un autre débat) Que pouvons –nous dire de la RDC : l’espoir de toute une nation et son patrimoine commun que fut l’UDPS, à l’instar de l’A.N.C pour Afrique du Sud , est devenu aujourd’hui l’ombre d’elle-même.
Moi comme beaucoup d’autres haut-cadres avions vu ce mal venir. Je ne reviendrai pas sur tout l’historique mais les références sont accessibles en ligne.
Et dans cet ordre d’idées, il y a de cela trois ans, un groupe des cadres politiquement responsables prenaient leur ferme décision de se désolidariser d’une gestion féodale et à la sauvette de ce grand parti, par un groupe dont le critère ayant présidé au recrutement des membres n’était que la parenté et le népotisme.
Par cet acte courageux, nous croyons avoir mérité de la nation. Et aujourd’hui, le temps et les actes nous donnent raison. Dans la mesure où la majorité des cadres du parti tient le même discours que nous.
Le feuilleton dans le cas du Dr. Tharcisse Loseke constitue l’une des preuves de cette gestion féodale et à la sauvette du parti. Ledit feuilleton devrait nous interpeller pour une prise de conscience collective face à l’amateurisme sans précédent qui semble s’ériger en système de gestion au niveau de la direction du parti d’avant-garde. Nous n’avons pas droit à l’erreur. Sinon le bateau UDPS va couler. Avec pour conséquence l’hypothèque de tout un combat de plus de 34 ans. Et tant des sacrifices de toute une génération !
Au moment où je couche ces lignes, je pense aux nombreuses victimes et celles à venir !! Les enjeux politiques sont de taille et, le scenario burkinabé qui se profile à l’horizon en RDC requiert beaucoup de stratégies de la part des cadres que nous sommes, pour pouvoir mettre hors d’état de nuire ces préconscients qui occupent notre pays et, qui sont en train de le liquider jour pour jour. Point n’est besoin de rappeler en passant que toute excellence est traduite en argent. L’argent est devenu virtuel. La prédation et la concussion rivalisent d’ardeur et président à toutes leurs actions. Grosso modo c’est des criminels d’une race rare sur la planète terre. On ne le dira jamais assez.
Cela dit, joignons notre action à celle de la jeunesse et motivons-la par une assistance – tant soi peu – de toute nature. Accompagnons notre jeunesse qui ne jure que par sa libération du tyran.
Dominique KABONGO
Expert Politique & Développement International

Laisser un commentaire

*