Share
(Vidéo) Et si demain on roulait sur des routes… en plastique?

(Vidéo) Et si demain on roulait sur des routes… en plastique?

(Vidéo) Et si demain on roulait sur des routes… en plastique?
Summary:
Va-t-on bientôt rouler sur des routes en plastique ? Un projet-pilote a été lancé aux Pays-Bas où des tronçons de voirie ont été entièrement réalisés avec du plastique recyclé (voir la vidéo ci-dessous). La Région wallonne s'intéresse de près à cette expérience qui pourrait être révolutionnaire. Rapidité de construction, facilité de réparation... l'idée comporte de nombreux avantages.

0%

(Vidéo) Et si demain on roulait sur des routes... en plastique?

Va-t-on bientôt rouler sur des routes en plastique ? Un projet-pilote a été lancé aux Pays-Bas où des tronçons de voirie ont été entièrement réalisés avec du plastique recyclé (voir la vidéo ci-dessous). La Région wallonne s’intéresse de près à cette expérience qui pourrait être révolutionnaire. Rapidité de construction, facilité de réparation… l’idée comporte de nombreux avantages.

« Les routes en plastique sont préfabriquées, un peu comme des Lego, comme les jeux d’enfants qui s’emboîtent, donc l’installation est à peu près 5 à 6 fois plus rapide que la construction d’une route normale« , explique Pasquale Nardonne, physicien à l’ULB.

Autre atout : la facilité de réparation d’un tronçon endommagé. « En cas de dégât, on enlève un module et on le remplace avec un autre . Ça ne dure que quelques heures, tandis qu’aujourd’hui ça peut prendre des semaines. »

Autre argument phare : l’aspect écologique de cette innovation. Selon Pasquale Nardonne, « le plastique sera récupéré dans les océans. Donc on va dépolluer les océans, on va traiter ce plastique« .

« Ça coûte cher »

Reste cette question : est-ce que le plastique va résister à la pression des poids lourds ? Est-ce qu’on pourrait envisager des autoroutes en plastique avec une adhérence suffisante. Claude Van Rooten, président de l’Association mondiale de la route prévient : « Si on veut faire rouler des véhicules sur une route, il y a intérêt à ce que ce ne soit pas une patinoire. Il faut assurer une rugosité qui ne fait pas trop de bruit, mais qui est suffisante pour avoir une adhérence des pneus. Ça risque d’imposer d’avoir une couche de peinturage ou de gravillonnage. Il est clair que ça coûte cher. »

Aux Pays-Bas, on n’est qu’au début de la recherche, en Belgique, nulle part. Il faudra donc certainement attendre plusieurs années avant de peut-être voir apparaître une première route en plastique dans notre pays. Belga

 

Laisser un commentaire

*