Share
Une carte russe dans le jeu géopolitique du Moyen Orient:  une solution Saïf al-Islam Kadhafi à la crise libyenne

Une carte russe dans le jeu géopolitique du Moyen Orient: une solution Saïf al-Islam Kadhafi à la crise libyenne

Dans une information relayée par le site russe d’information Suptnik, l’agence Regnum présente Saïf al-Islam Kadhafi (photo) comme une possible solution à la crise libyenne : « Il est respecté par les tribus bédouines du pays et possède le charisme de son père — sans sa violence et son excentricité. », assure l’agence russe

Une carte russe dans le jeu géopolitique du Moyen Orient: une solution Saïf al-Islam Kadhafi à la crise libyenne
Summary:
Dans une information relayée par le site russe d’information Suptnik, l’agence Regnum présente Saïf al-Islam Kadhafi (photo) comme une possible solution à la crise libyenne : « Il est respecté par les tribus bédouines du pays et possède le charisme de son père — sans sa violence et son excentricité. », assure l’agence russe

0%

L’agence de presse russe Regnum suggère une solution Saïf al-Islam Kadhafi à la crise libyenne

Dans une information relayée par le site russe d’information Suptnik, l’agence Regnum présente Saïf al-Islam Kadhafi (photo) comme une possible solution à la crise libyenne : « Il est respecté par les tribus bédouines du pays et possède le charisme de son père — sans sa violence et son excentricité. », assure l’agence russe.

Saïf al-Islam Kadhafi, qui réside en Russie depuis son évacuation de Libye, semble être devenu une carte russe dans le jeu géopolitique du Moyen Orient.

Anisi, l’agence l’exonère du passé de la famille Kadhafi : « Nourrissant sa propre vision d’une nouvelle Libye, il n’avait pas pour autant contesté le style de gouvernance de son père — par respect et par peur. Il souhaitait enclencher des changements progressifs dans ce pays très patriarcal, tribal et conservateur.» Elle le présente comme une personne capable de ramenrer un consensus dans ce pays en proie à la guerre civile depuis bientôt 6 ans.

« Aujourd’hui que le Printemps arabe est terminé, les Libyens le perçoivent comme l’un des éventuels futurs architectes d’une nouvelle Libye (…) Il est jeune — 44 ans —, bien instruit, possède une expérience politique et pourrait rassembler de nombreux partisans dans son pays » avance le média russe qui termine par un clin d’œil à la Ligue arabe, à l’Egypte et à l’Italie. A.ECOFIN

Laisser un commentaire