Share
La mort de l’un des érudits de la RDC, Anicet Mobé

La mort de l’un des érudits de la RDC, Anicet Mobé

Un homme de culture vient de nous quitter. Mon cœur meurtri par cette terrible nouvelle. La RDC vient de perdre en exil, en France un digne fils qui nous éclairait sur les enjeux et la problématique de la région des grands-lacs et particulièrement sur son Congo natal, puisqu’il était l’un des grands spécialistes anthropologiques de sa génération.

La mort de l’un des érudits de la RDC, Anicet Mobé
Summary:
Un homme de culture vient de nous quitter. Mon cœur meurtri par cette terrible nouvelle. La RDC vient de perdre en exil, en France un digne fils qui nous éclairait sur les enjeux et la problématique de la région des grands-lacs et particulièrement sur son Congo natal, puisqu'il était l'un des grands spécialistes anthropologiques de sa génération.

0%

La mort de l'un des érudits de la RDC, Anicet Mobé

 

Un homme de culture vient de nous quitter. Mon cœur meurtri par cette terrible nouvelle. La RDC vient de perdre en exil, en France un digne fils qui nous éclairait sur les enjeux et la problématique de la région des grands-lacs et particulièrement sur son Congo natal, puisqu’il était l’un des grands spécialistes anthropologiques de sa génération.

Un brillant orateur qui me faisait chavirer dans la grande pensée philosophique et les récits de la création du Congo comme Etat-Nation, jusqu’à la troisième république, où les uns et les autres délaissent l’intérêt de la Nation au profit de leur ambition alimentaire.

Il m’a fait aimer l’histoire anthropologique de mon pays et Il m’a également rendu extrêmement attentif sur ce qui se passe dans ce grand pays aux pieds d’argile…

Sa dernière émission que j’ai pu faire avec lui, m’a laissé perplexe et je m’étais résigné au regard de sa santé, au pire. Le pire est arrivé…

Ses photos dans nos studios de PressTV Internationale (www.presstv.ir), montrent à quel point il était très souffrant.

Que Dieu exalté soit-il, dans sa grande miséricorde, l’accorde son pardon et l’accueille dans sa proximité…

Roger BONGOS

Laisser un commentaire