Share
Soupçonné d’avoir travaillé pour la Russie, l’ancien conseiller de Trump parle d’une “blague”

Soupçonné d’avoir travaillé pour la Russie, l’ancien conseiller de Trump parle d’une “blague”

Un ancien membre de l’équipe de campagne de Donald Trump, que le FBI aurait surveillé l’an dernier pour d’éventuels liens avec Moscou, a nié mercredi sur CNN avoir travaillé pour la Russie.

Soupçonné d’avoir travaillé pour la Russie, l’ancien conseiller de Trump parle d’une “blague”
Summary:
Un ancien membre de l'équipe de campagne de Donald Trump, que le FBI aurait surveillé l'an dernier pour d'éventuels liens avec Moscou, a nié mercredi sur CNN avoir travaillé pour la Russie.

0%

Soupçonné d'avoir travaillé pour la Russie, l'ancien conseiller de Trump parle d'une "blague"

Un ancien membre de l’équipe de campagne de Donald Trump, que le FBI aurait surveillé l’an dernier pour d’éventuels liens avec Moscou, a nié mercredi sur CNN avoir travaillé pour la Russie.

Selon le Washington Post daté de mardi, les enquêteurs du FBI ont obtenu un mandat l’an dernier de la Foreign Intelligence Surveillance Court (Fisc), un tribunal secret chargé d’enquêter sur les affaires sensibles d’espionnage ou de terrorisme, pour surveiller les communications de Carter Page, un ancien conseiller de Donald Trump sur la politique étrangère.

Un conseiller parmi d’autres
Le Fisc et le FBI soupçonnent l’ancien banquier basé à Moscou d’avoir travaillé pour, ou avec, le pouvoir russe. Interrogé à cet égard par CNN pour savoir s’il travaillait pour un gouvernement étranger, Carter Page a répondu “bien sûr que non”. “C’est une telle blague qu’il n’y a pas de mots”, a-t-il ajouté. La Maison Blanche s’est empressée de minimiser les liens entre Carter Page et l’équipe de campagne de Donald Trump.
Un responsable a affirmé à l’AFP que Carter Page n’avait jamais rencontré Donald Trump et n’avait pas de badge de campagne. Ce même responsable a cependant admis que Carter Page avait écrit des notes politiques pour la campagne mais qu’il n’était qu’un conseiller parmi d’autres, recommandé par un conservateur de l’Iowa, Sam Clovis, qui travaille maintenant au ministère de l’Agriculture.

Sollicité, le FBI n’a pas commenté les informations du Washington Post. Le FBI enquête depuis juillet sur l’interférence présumée de la Russie dans la présidentielle américaine. Moscou a mené des piratages et une campagne de désinformation visant à discréditer la démocrate Hillary Clinton, selon les agences américaines de renseignement.

Laisser un commentaire