Share
RDC : Guterres S.G. de l’ONU, propose à “Kabila” un soutien pour des élections crédibles et transparents dans des délais “raisonnables” 

RDC : Guterres S.G. de l’ONU, propose à “Kabila” un soutien pour des élections crédibles et transparents dans des délais “raisonnables” 

Le secrétaire général de l’ONU a proposé au président congolais, Joseph Kabila un soutien en vue de tenir des élections “crédibles et transparentes” dans un délai “raisonnable”, indique un communiqué de l’ONU.

RDC : Guterres S.G. de l’ONU, propose à “Kabila” un soutien pour des élections crédibles et transparents dans des délais “raisonnables” 
Summary:
Le secrétaire général de l’ONU a proposé au président congolais, Joseph Kabila un soutien en vue de tenir des élections "crédibles et transparentes" dans un délai "raisonnable", indique un communiqué de l’ONU.

0%

RDC : Guterres S.G. de l'ONU, propose à "Kabila" un soutien pour des élections crédibles et transparents dans des délais "raisonnables" 

Cette proposition a été faite par Guterres lors d’une entrevue avec Kabila après le discours de celui-ci, samedi, lors de la 72ème Assemblée générale de l’ONU

Le secrétaire général de l’ONU a proposé au président congolais, Joseph Kabila un soutien en vue de tenir des élections “crédibles et transparentes” dans un délai “raisonnable”, indique un communiqué de l’ONU.

Cette proposition a été faite par Guterres lors d’une entrevue avec Kabila après le discours de celui-ci, samedi, lors de la 72ème Assemblée générale de l’ONU.

Guterres  a, par ailleurs, “encouragé le gouvernement et les acteurs politiques congolais à s’engager fermement dans la mise en œuvre effective et à temps de l’accord politique du 31 décembre 2016” qui prévoit des élections “au plus tard” au 31 décembre 2017, précise le même communiqué consulté par Anadolu.

La Commission électorale avait affirmé en Juillet dernier que les élections ne pourront avoir dans ce délai, évoquant le retard accusé dans l’opération de recensement notamment dans la région du Kasaï (centre) théâtre de violences meurtrières depuis plus d’un an.

S’exprimant, samedi, devant l’Assemblée de l’ONU, Kabila a, pour sa part, qualifié d”’irréversible” le cap de la marche vers les élections en RDC mais ”sans ingérence extérieure ni diktat quelconque”.

Il a, en outre, souligné que les défis pour la tenue des élections demeurent ”énormes” aussi bien sur le plan logistique, financier que sécuritaire.

Il a, également, abordé la question du mandat de la mission onusienne en RDC, la Monusco qui “ne peut nourrir l’ambition de rester indéfiniment dans mon pays. Ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées”, a-t-il souligné.

Il a, à ce propos, appelé au retrait “progressif” de la Monusco, soulignant, que “dans ce domaine comme dans d’autres, Nous n’entendons pas transiger avec le respect du a la souveraineté de la RDC telle que garantie par la Charte” de l’ONU.

Au pouvoir depuis 2001, Kabila est resté au pouvoir au delà de la fin de son mandat constitutionnel, le 19 décembre 2016, en vertu d’un arrêt controversé de la cour constitutionnelle et d’un accord politique conclu le 31 décembre 2016 avec l’opposition. Agence AA

Laisser un commentaire