Share
DÉCLARATION DES CADRES DE l’U.D.P.S. DE L’EXTÉRIEUR ET COMPATRIOTES CONGOLAIS FACE AU REPORT DES ELECTIONS EN RDC 

DÉCLARATION DES CADRES DE l’U.D.P.S. DE L’EXTÉRIEUR ET COMPATRIOTES CONGOLAIS FACE AU REPORT DES ELECTIONS EN RDC 

Face à une énième provocation du régime en place qui dirige la RDC par défi, on se retrouve aujourd’hui embarqué dans un cycle infernal suite à la déclaration de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI ) par laquelle elle renvoie sine die les élections qui auraient dû se dérouler à la fin de l’année 2016.

DÉCLARATION DES CADRES DE l’U.D.P.S. DE L’EXTÉRIEUR ET COMPATRIOTES CONGOLAIS FACE AU REPORT DES ELECTIONS EN RDC 
Summary:
Face à une énième provocation du régime en place qui dirige la RDC par défi, on se retrouve aujourd’hui embarqué dans un cycle infernal suite à la déclaration de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI ) par laquelle elle renvoie sine die les élections qui auraient dû se dérouler à la fin de l'année 2016.

0%

DÉCLARATION DES CADRES DE l'U.D.P.S. DE L'EXTÉRIEUR ET COMPATRIOTES CONGOLAIS FACE AU REPORT DES ELECTIONS ENRÉPUBLIQUE DITE DÉMOCRATIQUE DU CONGO :

User Rating: 0 (0 votes)

 

Face à une énième provocation du régime en place qui dirige la RDC par défi, on se retrouve aujourd’hui embarqué dans un cycle infernal suite à la déclaration de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI ) par laquelle elle renvoie sine die les élections qui auraient dû se dérouler à la fin de l’année 2016.

En effet, inféodée au pouvoir criminel et honni de Kinshasa, et à ce titre, porte-parole du même pouvoir, cette commission reste en soi un danger pour le peuple congolais. De la même manière que Monsieur Kabila reste source et cause du drame humain et socioéconomique du peuple congolais dans son ensemble.

Cependant, nous appuyons la recommandation de nos évêques d’intégrer les experts internationaux au sein de la Commission électorale de la RDC, à l’effet de donner à cette dernière ses attributs d’indépendance face au régime sans foi ni loi qui subjugue nos concitoyens voilà bientôt dix-sept ans révolus.

Concernant les élections hypothétiques, le mandat présidentiel s’est terminé le 19 Décembre 2016. Mr. Joseph Kabila étant bénéficiaire d’une année supplémentaire en terme de légitimité suite au accords de la St Sylvestre prenant fin le 31 Décembre 2017. Cet accord avait pour mission spécifiquement l’organisation des élections présidentiel, hors à ce jour cela n’en est pas le cas. La déclaration de l’Ambassadrice des Etats-Unis en l’occurrence Madame Nikki Haley suite à son passage en RDC est peu réconfortante car elle nous laisse perplexe. Nous ne trouvons aucune base juridique sur laquelle cette dernière se repose pour proposer la tenue des élections en 2018.

Par ailleurs si nous en sommes-là, c’est parce que Joseph Kabila refuse d’organiser les élections pour les raisons qui lui sont propres. Par conséquent nous ne voyons pas ce qui pourrait changer d’ici 2018, car il reste et demeure la source du problème et cela au détriment du peuple Congolais.

Vue les raisons évoquées, a défaut de l’application de l’article 64 de la constitution, ou encore des réelles garanties publiques et contraignantes venant de Mr. Joseph Kabila ceci étant peu probable vue la nature du personnage, nous estimons que l’autre voie royale à ce stade serait une transition sans Kabila.

Ceci nous épargnerez d’office en terme de perte de vie humaine car le sang des Congolais a beaucoup coulé et coule encore beaucoup trop à ce jour. Il est clair que pour des élections claires, transparentes et crédibles puissent avoir lieu, il faut que le pouvoir actuel se retire. Il faudra alors mettre en place une équipe neutre, qui sera chargée de mettre les choses en place et d’organiser les élections. Il faudra mettre en œuvre les principes qui permettront que désormais tous les partis politiques, après transition, puissent concourir à égalité des chances, défendre leur programme.

 

  1. En foi de quoi l’U.D.P.S. Extérieure invite la vraie opposition et la société civile ainsi que notre peuple meurtri, de soutenir l’idée d’une courte transition qui sera placée sous le responsabilité du Dr Denis MUKWEGE. Ce digne fils du pays, admiré de par le monde pour sa probité, le degré de son patriotisme

 

  1. Son gouvernement transitoire, devrait d’être, un gouvernement épuré, d’une équipe des technocrates dévoués à la cause de la patrie et des politiques ayant fait leurs preuves dans les arènes du pouvoir.

Le Dr Denis Mukwege mènera sa transition jusqu’aux prochaines élections présidentielles à la lumière de ce qui s’est passé en Centrafrique, où Mme Catherine Zamba Panza, cèdera le pouvoir au nouveau président élu démocratiquement, Archange Faustin Touadera.

Fait au Canada, le 30 Octobre 2017

Dominique Kabongo

Haut Cadre de l’UDPS

 

Haut Cadres Signateurs :

Sylvain Nsenda Kalala

Urbain Ndondo

Paul Shabangi Kapita

Leon Kadima

Fernand Mussamba

Eddy Bonsinga

Ange Kalonji

Ilunga Bukasa

Jean Claude Makenga

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire