Share
UNDP-RCA au premier ministre: votre lettre 450/PM.17 demandant désignation d´un représentant UNDP au Comité de Pilotage du processus de mise en place de la commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation.

UNDP-RCA au premier ministre: votre lettre 450/PM.17 demandant désignation d´un représentant UNDP au Comité de Pilotage du processus de mise en place de la commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation.

Votre courrier daté au 23 Novembre 2017 dont l´objet ci-dessus n´est parvenu au siège de mon parti à Bangui que ce jour, 30 novembre 2017, soit sept jours après sa rédaction ! En vous remerciant pour votre intérêt porté à une éventuelle contribution de notre parti à l´objet susmentionné, nous déclinons malheureusement votre demande pour des raisons évidentes que vous devriez connaître, en vous référant à nos nombreuses lettres à vous adressées, ainsi qu´à notre nation, sur la situation extrêmement précaire de notre pays.

UNDP-RCA au premier ministre: votre lettre 450/PM.17 demandant désignation d´un représentant UNDP au Comité de Pilotage du processus de mise en place de la commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation.
Summary:
Votre courrier daté au 23 Novembre 2017 dont l´objet ci-dessus n´est parvenu au siège de mon parti à Bangui que ce jour, 30 novembre 2017, soit sept jours après sa rédaction ! En vous remerciant pour votre intérêt porté à une éventuelle contribution de notre parti à l´objet susmentionné, nous déclinons malheureusement votre demande pour des raisons évidentes que vous devriez connaître, en vous référant à nos nombreuses lettres à vous adressées, ainsi qu´à notre nation, sur la situation extrêmement précaire de notre pays.

0%

UNDP-RCA au premier ministre: otre lettre 450/PM.17 demandant désignation d´un représentant UNDP au Comité de Pilotage du processus de mise en place de la commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation.

User Rating: 0 (0 votes)

Au Premier Ministre

Chef du Gouvernement

Objet : votre lettre 450/PM.17 demandant désignation d´un représentant UNDP au Comité de Pilotage du processus de mise en place de la commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation.

Monsieur le Premier Ministre,

Son Excellence,

Votre courrier daté au 23 Novembre 2017 dont l´objet ci-dessus n´est parvenu au siège de mon parti à Bangui que ce jour, 30 novembre 2017, soit sept jours après sa rédaction ! En vous remerciant pour votre intérêt porté à une éventuelle contribution de notre parti à l´objet susmentionné, nous déclinons malheureusement votre demande pour des raisons évidentes que vous devriez connaître, en vous référant à nos nombreuses lettres à vous adressées, ainsi qu´à notre nation, sur la situation extrêmement précaire de notre pays.

Comme vous pouvez vous l´imaginer, nous à l´UNDP n´entrerons jamais en contradiction avec nous-mêmes. Notre volonté d´accompagner votre gouvernement dans le processus de pacification de notre pays depuis bientôt deux ans maintenant, a constamment été ignorée par vous, et à plusieurs reprises, nous n´avons rencontré en face de nous qu´un mur de silence.

Nous apprécions à sa juste valeur le désir de votre gouvernement de procéder à la réconciliation de notre peuple, mais à notre avis, vous mettez la charrue avec les bœufs, et préparez par la même occasion l´échec d´un tel processus.

Vous êtes conscients en tant que gouvernement, qu´il est impossible, dans l´état actuel des choses, de réussir un tel processus, sachant que vous ne gouvernez que sur quelques 20% du territoire national, ce qui est extrêmement peu pour procéder à un travail de réconciliation des Centrafricains.

Mettre les bœufs au-devant de la charrue consisterait, pour ce qui vous concerne, de faire un travail de fond en amont qui ouvrirait la voie à tout essai de réconciliation et de réparation des tords causés à notre peuple par des groupes armés qui tiennent la presque totalité de notre pays en otage.

Monsieur le Premier Ministre, sans un tel travail en amont, dont vous et votre gouvernement êtes seuls à en inventer les stratégies, nous ne prendrons jamais part à la constitution d´une montagne qui n´accouchera sûrement que d´une souris.

En vous souhaitant beaucoup de courage dans cette entreprise risquée de travail en amont, nous restons tout de même à l´écoute sur des questions de fond qui seront susceptibles d´aider notre pays à parvenir à une véritable réconciliation et à une volonté de progrès dans la paix totale en Centrafrique.

Fraternellement vôtre,

Michel Amine,

Président-Fondateur de l´UNDP

 

Laisser un commentaire