Share
Un coup dur au Nigeria : 76 lycéennes secourues après l’attaque de Boko Haram, deux morts

Un coup dur au Nigeria : 76 lycéennes secourues après l’attaque de Boko Haram, deux morts

L’armée nigériane a porté secours à 76 écolières et récupéré les dépouilles de deux autres personnes, plusieurs heures après l’attaque d’un village attribué aux militants de Boko Haram. L’opération de secours a été confirmée à Reuters par trois parents, un habitant du village et des membres du gouvernement. 

Un coup dur au Nigeria : 76 lycéennes secourues après l’attaque de Boko Haram, deux morts
Summary:
L’armée nigériane a porté secours à 76 écolières et récupéré les dépouilles de deux autres personnes, plusieurs heures après l’attaque d’un village attribué aux militants de Boko Haram. L’opération de secours a été confirmée à Reuters par trois parents, un habitant du village et des membres du gouvernement. 

0%

Un coup dur au Nigeria : 76 lycéennes secourues après l'attaque de Boko Haram, deux morts

User Rating: 0 (0 votes)

L’armée nigériane a porté secours à 76 écolières et récupéré les dépouilles de deux autres personnes, plusieurs heures après l’attaque d’un village attribué aux militants de Boko Haram. L’opération de secours a été confirmée à Reuters par trois parents, un habitant du village et des membres du gouvernement.

Cent onze écolières ont été portées disparues deux jours après l’attaque d’une école de filles dans le village de Dapachi dans l’Etat de Yobe, dans le nord-est du pays, ravivant la menace d’un kidnapping de masse comme celui des lycéennes de Chibok, en 2014.

Dans la matinée du mercredi, le président nigérian Muhammadu Buhari a diligenté une mission d’enquête pour s’enquérir de la situation dans le village, a déclaré le ministre de l’Information, Lai Mohammed, qui s’y trouvait également.

Les insurgés du groupe djihadiste nigérian, lourdement armés, ont mené lundi un assaut sur le village de Dapchi, dans l’Etat de Yobe, tirant en l’air et faisant exploser des grenades, selon les témoignages des habitants recueillis par l’AFP.

La plupart des élèves et les professeurs de la Girls Science Secondary School, un internat, se sont enfuis en brousse, craignant d‘être enlevés par les combattants, comme ce fût le cas pour les lycéennes de Chibok dans l’Etat voisin du Borno il y a quatre ans.

Le groupe djihadiste Boko Haram, dont le nom signifie “l‘éducation occidentale est un péché”, mène depuis 2009 une insurrection sanglante dans le nord-est du Nigeria ayant fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés.

Il a kidnappé des milliers de personnes, dont des femmes et des enfants, mais c’est l’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok en 2014, qui avait déclenché une vague d’indignation mondiale, donnant au groupe une tragique notoriété sur la scène internationale.

Laisser un commentaire