Share
Voila ce que Kabila et Tshisekedi manigancent : le Dialogue pour une transition jusqu’en 2018 ?

Voila ce que Kabila et Tshisekedi manigancent : le Dialogue pour une transition jusqu’en 2018 ?

Le dialogue a été annoncé par le chef de l’Etat congolais Joseph Kabila . Il n’est plus question que de fixer la date et l’ordre du jour même si les violons tardent encore à s’accorder entre les uns et les autres. Pendant ce temps, certains membres de la majorité présidentielle renvoient à leurs proches des signaux qui n’augurent pas des lendemains meilleurs.

Ces hommes et femmes rapportent à leurs proches que les carottes sont déjà cuites s’agissant du fameux glissement.  Ils soutiennent que les membres de la Majorité se seraient déjà mis d’accord pour arracher, au prochain dialogue, une transition qui ira  jusqu’en 2018 avec Joseph Kabila à la tête du pays. Ce n’est qu’en 2018 que l’on pourrait envisager l’organisation des élections à tous les niveaux. Selon eux, le dialogue débouchera sur la mise en place d’un gouvernement de transition qui inclura, dans son sein, les membres de toutes les composantes politiques et des forces vives de la RDC.
Ce ne sont pas les arguments qui leur manquent pour justifier leur stratégie : la RDC a besoin des élections crédibles qui épargneront les pays des conflits post électoraux. Pour y arriver, il faut préparer minutieusement les scrutins à venir à tous les niveaux. Ce n’est pas dans une année que pareille chose peut se réaliser. Une prolongation des échéances électorales devient donc incontournable, selon eux.
Pareille discours provenant de ceux qui se font passer pour des proches du pouvoir congolais ne peut pas contribuer à l’apaisement du climat politique en RDC.
Au niveau de l’opposition et de la société civile, les avis sont partagés quant à la tenue de ce dialogue.  Certains se disent prêts à participer à ce dialogue et d’autres n’en veulent pas. Mais, tous convergent s’agissant du respect strict des dispositions constitutionnelles.
La Communauté Internationale, tout en encourageant la tenue du dialogue, souhaite que les élections se tiennent dans les délais constitutionnels. Certains membres de cette communauté internationale se disent prêts à contribuer au financement des futures élections en RDC à condition que la CENI disponibilise un calendrier crédible et un budget réaliste quant à ce.
Ce qui précède indique clairement que la RDC est déjà plongée dans une crise politique qui ne dit pas encore son nom.Réorganisation des milices congolaises en Ouganda ?
D’autres part, il nous revient que certains anciens miliciens de l’Est de la RDC auraient entrepris des recrutements des éléments en préparatifs d’autres incursions au pays de Lumumba.
Nos sources soutiennent qu’il s’agirait de certains anciens chefs des milices de l’Ituri et  d’autres de l’ex CNDP de Laurent Nkunda. Ces hommes, basés en Ouganda, recruteraient en ituri et dans Nord-Kivu. Ces bruits sont tellement persistants que certains observateurs politiques se demandent à quoi voudraient aboutir cette initiative périlleuse pour la paix dans ce pays. A l’interne, l’activisme des milices dans l’Ituri et le Nord Kivu est encore à l’ordre du jour.
Le Millénaire

 

Laisser un commentaire