Share
Avion abattu: les Russes ne pardonnent pas

Avion abattu: les Russes ne pardonnent pas

L’incident lié à l’avion russe abattu en Syrie aura sans aucun doute de lourdes conséquences pour les relations bilatérales entre Moscou et Ankara. Les réactions de la part du gouvernement russe et de nombreux internautes en colère ne se sont pas fait attendre.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé que cet incident constituait un “coup dans le dos” de la Russie.
“Je comprends que chaque Etat a ses propres intérêts régionaux, et nous les traitons toujours avec respect. Mais nous ne tolérerons jamais que des crimes pareils aient lieu”, a-t-il déclaré.

Vers la suspension des vols?

Loin de proférer des menaces, le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe, ndlr) a proposé de suspendre provisoirement le trafic aérien entre les deux pays.

“Il est indispensable que le trafic aérien entre les deux pays soit suspendu en attendant que les relations bilatérales se stabilisent. Il est hors de question que les touristes russes se trouvent dans un pays où leur sécurité est mise en cause”, a fustigé le membre du comité sur les affaires étrangères du Conseil de la Fédération, Igor Morozov.

Même si aucun arrêté approprié n’a été validé par le Conseil, certains opérateurs russes de voyages, dont notamment “Natalie Tours”, ont déjà cessé la vente de voyages à destination de Turquie.

​Le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov a également appelé les citoyens russes de s’abstenir de se rendre en Turquie.

 

Un avion russe Su-24 a été abattu mardi en Syrie, selon le ministère russe de la Défense. Les deux pilotes ont réussi à s’éjecter, leur sort demeure inconnu jusqu’à présent.

Selon les sources militaires turques, l’avion russe aurait violé l’espace aérien du pays près de sa frontière avec la Syrie. Néanmoins, le ministère russe de la Défense souligne que pendant toute la durée du vol, l’avion se trouvait exclusivement au-dessus du territoire de la Syrie, comme l’attestent les données objectives des systèmes de contrôle.

SPUTNIK

Laisser un commentaire