Share
Europe et la pauvreté : Un enfant européen sur quatre (1/4) au bord de la pauvreté!

Europe et la pauvreté : Un enfant européen sur quatre (1/4) au bord de la pauvreté!

 

Le Parlement européen votera aujourd’hui un texte tirant la sonnette d’alarme sur la pauvreté des enfants en Europe. « Les chiffres sont sans appel : un enfant européen sur quatre s’apprête à sombrer sans l’exclusion sociale et la pauvreté. Précarité, malnutrition, non accès aux soins : la pauvreté infantile s’installe durablement dans nos pays. 27,7% des jeunes, soit 26 millions d’enfants européens se retrouvent au bord du gouffre, victime d’une politique d’austérité trop souvent aveugle et inhumaine, et de politiques nationales plus assez sociales» explique l’Eurodéputé socialiste Marc Tarabella.

« En théorie, tous les enfants devraient avoir accès à l’enseignement, aux soins de santé, à un toit, un environnement sain et à une alimentation équilibrée. En pratique, c’est de moins en moins le cas. Chaque année le nombre d’enfants sombrant dans la pauvreté augmente. »

pauvreté-infantile

En pratique : beaucoup d’enfants sont au bord de l’exclusion

Les chiffres varient d’un pays à l’autre sur notre Continent. Au Danemark, moins mauvais élève de la classe européenne, 14,5% d’enfants risquent la pauvreté et l’exclusion sociale. Ils sont 21,6% en France, 23,2 % en Belgique, 35,8% en Espagne,  41,4% en Hongrie, 45,2% en Bulgarie et même 51% en Roumanie.

Les familles monoparentales sont frappées de plein fouet par la pauvreté. 49,8% d’entre elles vivent en dessous du seuil de pauvreté.

En bas-âge : Les carences apparaissent dès le plus jeune âge. Par exemple, la couverture des services destinés aux enfants de zéro à trois ans n’est en moyenne que de 30% dans l’Union, et ne dépasse pas 15% dans 11 États membres.

Le décrochage scolaire est en moyenne de 13% et peut monter à 20% dans certains pays.

Le loyer : 11% des enfants vivent dans des familles consacrant plus de 40% de leur budget à se loger.

Les responsabilités

« Des politiques sociales efficaces en matière d’accès au logement, d’allocations de chômage, d’aides à la jeunesse et d’accès à l’éducation doivent être une priorité.

Nous constatons que les pays qui investissent le moins le moins dans ces mesures (IT, GRE, POR, POL, ESP) affichent les niveaux de pauvreté infantile les plus élevés. »

« Par son vote aujourd’hui, le Parlement européen tire la sonnette d’alarme et fait la lumière sur ces chiffres dramatique. À la Commission européenne et aux États membres de mettre en place les outils d’une politique plus solidaire afin de ne pas condamner le futur de la jeunesse européenne » conclut l’Eurodéputé PS Marc Tarabella.

 

Emmanuel Foulon

Responsable communication

PS – Parlement Européen

Laisser un commentaire