Share
A New-York, Michaëlle Jean s’engage à relayer l’Appel des Jeunes francophones pour un développement durable et solidaire

A New-York, Michaëlle Jean s’engage à relayer l’Appel des Jeunes francophones pour un développement durable et solidaire

 

Le 28 septembre 2015, à New-York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, 3 représentants de la Jeunesse francophone issus du Burkina Faso, de France et du Sénégal  ont remis  à la Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean l’Appel des jeunes francophones pour un avenir durable et solidaire.

Conscients qu’il est urgent d’agir, les porte-paroles Yannick, Claire, et Amadou ont souhaité, à quelques semaines de la 21ème Conférence Climat qui aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015,  adresser solennellement cet appel aux dirigeants et décideurs du monde francophone, qui sont aujourd’hui, plus que jamais, en mesure de changer le cours de l’Histoire. Michaëlle Jean s’est portée garante de relayer leurs recommandations auprès des États et gouvernements membres de l’OIF. «La Francophonie s’est engagée, je me suis personnellement engagée, à donner la parole aux jeunes francophones des cinq continents en vue de la Conférence de Paris sur les changements climatiques » a-t-elle rappelé dans son allocution. « Car il faut donner à la jeunesse les moyens de se faire entendre, lui donner des espaces où exprimer ses besoins, ses attentes, ses espoirs, sa créativité et sa volonté d’engagement ».

Cet appel faisait suite au lancement par la Secrétaire générale, dès le mois de Février 2015, d’une grande consultation auprès de la Jeunesse francophone sur le développement durable. Baptisée « J’ai à cœur ma planète », cette campagne de mobilisation citoyenne sur les réseaux sociaux s’est inscrite dans la recherche constante de l’OIF de solutions sur les grands enjeux mondiaux. La campagne a été lancée le 20 mars, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie. Plus de 10 000 jeunes, issus de 40 pays, ontparticipé à la consultation, soit à titre individuel, soit dans le cadre des réseaux de la jeunesse francophone. Ces jeunes francophones ont démontré leur souhait de se responsabiliser face aux mauvaises pratiques environnementales. Ils demandent à être associés aux processus de décision. La participation citoyenne se poursuivra jusqu’à la fin de la Conférence Climat. Dans ce cadre,  la Secrétaire générale a invité décideurs, professionnels, étudiants, à s’engager pour l’Appel en signant sur le site www.francophonie.org, la pétition « J’adhère à l’Appel des Jeunes francophones ».

Dans la perspective des actions menées autour de la Conférence Climat de Paris, l’OIF sera également partenaire de la Conférence de la Jeunesse (COY 11). Le 27 novembre à Villepinte (France) une centaine de jeunes issus majoritairement des pays du Sud participeront à une grande plateforme d’échanges, présenteront les 6 priorités de l’Appel ainsi que les solutions environnementales numériques avec notamment des projets autour de la sécurité alimentaire par le biais de l’agriculture urbaine, l’habitat écologique et la gestion des déchets.

Laisser un commentaire