Share
Aéroport de N’djili : RVA n’a pas la gestion de la nouvelle plate-forme  (aérogare)

Aéroport de N’djili : RVA n’a pas la gestion de la nouvelle plate-forme (aérogare)

Même la sécurité de cet espace est confiée aux éléments d’une société privée de gardiennage, contrairement à l’ordre opérationnel du ministre de l’Intérieur.

Près d’un mois après l’inauguration de la nouvelle tour de contrôle et de l’aérogare modulaire construites à l’aéroport international de N’djili, des voix continuent à s’élever pour dénoncer la gestion de cette dernière structure. Selon ces sources, cette gérance échapperait à la Régie des voies aériennes (RVA), alors que cette entreprise de l’Etat s’est réjouie de compter ces nouvelles installations parmi ses sources de recettes.

Dans leurs réactions, ces sources récusent la composition de l’équipe de supervision de cet aérogare nommée par le ministre des Transports et voies de communication, dans son arrêté du 7 juillet. A en croire ces réclamations, les personnes nommées, dont un seul, le superviseur technique, est de la RVA, seraient des proches du Premier ministre et du ministre de tutelle… Pour appuyer ces accusations, les réactionnaires font observer que, même la sécurité de cette unité est confiée à une société privée de gardiennage alors que dans une note liée à l’ordre opérationnel, le ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité avait instruit que la sécurité des entreprises publiques ne soit jamais confiée aux sociétés privées de gardiennage. Cela serait d’autant plus vrai pour la RVA, qui organise en son sein, une police qui assure la sécurité de ses installations à travers la République.

L’espoir pour eux est que la fin du contrat de l’entreprise en charge de la construction de cette aérogare prévue le 20 juillet, coïncide avec le départ de cette société privée de gardiennage mais surtout, le souhait est que le gouvernement rétrocède la gestion entière de cette aérogare à la RVA.

Arracher le beefsteak de la bouche

Dans son arrêté, le ministre Justin Kalumba avait, en effet, justifié la mise en place de cette équipe de supervision, par le souci de rendre opérationnelle cette aérogare modulaire, « mais aussi et, surtout, d’en garantir efficacement la maintenance, ainsi qu’un fonctionnement répondant aux normes internationales en matière, sans la moindre dégradation ». C’est dans cette optique que le ministre a confié à cette équipe au détriment de la direction de la RVA, la charge « d’assurer la supervision de toutes les activités qui y sont développées, en ce compris le travail des entreprises sous-traitantes ».

Dans cet arrêté de nomination, le ministre Justin Kalumba a fait mention d’un règlement des opérations de supervision de cette aérogare modulaire, dûment signé par lui, qui devra fixer notamment le périmètre des assignations de cette équipe, les modalités de son fonctionnement, les liens de collaboration avec la RVA, ainsi que les exigences et standards des prestations attendues des sous-traitants. Il a, par ailleurs, noté que les membres de cette équipe de supervision bénéficient des indemnités et autres avantages liés à leur mission, qui sont fixés par la RVA, en accord avec le gouvernement.
Lucien Dianzenza
Adiac-Congo

Laisser un commentaire