Share
Affaire Chebeya: la VSV qualifie le verdict de la Haute cour de «complaisant»

Affaire Chebeya: la VSV qualifie le verdict de la Haute cour de «complaisant»

Le directeur exécutif de la Voix des sans voix (VSV), Dolly Ibefu, qualifie de «complaisant» le verdict du procès Chebeya.Il l’a dénoncé au cours d’un entretien accordé, mardi 22 septembre, à Radio Okapi.

Dolly Ibefu accuse la Haute cour militaire d’avoir prononcé un verdict qui banalise la vie humaine, en accordant des acquittements aux personnes condamnées à des peines lourdes et en réduisant la peine du colonel Daniel Mukalayi.

Selon le verdict de la Haute cour militaire, rendu le 17 septembre dernier, le colonel Daniel Mukalayi est condamné à 15 ans de prison alors qu’au premier degré il était condamné à la peine capitale. Le condamné devra purger 10 ans de servitude, étant donné qu’il a déjà passé 5 ans en prison. Cette juridiction a également acquitté les quatre co-accusés de Daniel Mukalayi à savoir : Georges Kitungwa, Blaise Mandiangu, Michel Mwila et Ngoy Mulongoyi.

La VSV se dit étonné de ce verdict de la Cour qui a pourtant reconnu la participation du colonel Mukalayi à l’assassinat de Chebeya et Bazana.

«Le verdict rendu par la Haute cour militaire corrobore la thèse de crime d’Etat ciblé et planifié en vue d’exécution par le sommet de la police nationale congolaise. Le crime d’Etat ne peut trouver de solution que si la justice qui est en train de réprimer ce crime ne constitue pas les membres du pouvoir en place», a dénoncé Dolly Ibefu.

Il a expliqué que la VSV a été partie civile dans ce procès mais elle n’a pas porté plainte et se réserve le droit de porter plainte contre les présumés assassins de Chebeya et Bazana.

Dolly Ibefu est persuadé que la justice sénégalaise qui juge le major Paul Milambwe, poursuivi dans cette affaire, pourra faire rétablir la vérité sur l’assassinat de ces deux activistes des droits de l’homme.

Après le verdict de la cour, la partie civile promet d’aller en cassation contre ce qu’elle qualifie d’erreur de droit.

Laisser un commentaire