Share
Amnesty international appelle Londres à ne plus fournir d’armes à Riyad

Amnesty international appelle Londres à ne plus fournir d’armes à Riyad

Dans la foulée des crimes de guerre commis par le régime des Al-e Saoud au Yémen, Amnesty International a demandé à la Grande-Bretagne de cesser le transfert d’armes à l’Arabie saoudite.

Selon l’agence de presse Fars citant « The Guardian », Amnesty International a demandé à Londres de suspendre les transferts des armements militaires à Riyad, en raison de ses crimes de guerre commis à l’encontre des Yéménites. « A l’appui des témoignages et des documents sur le massacre des civils dans les frappes aériennes de la coalition saoudienne au Yémen, il faut que le Royaume-Uni cesse de transférer des armes au régime saoudien », selon Amnesty.
Rappelant que la coalition arabe est armée notamment par les Etats-Unis, Amnesty signale, dans un rapport mercredi, « de nouvelles preuves de frappes aériennes illégales, menées par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, dont certaines représentent des crimes de guerre », selon Donatella Rovera qui a dirigé une mission d’enquête au Yémen. « Des bombes tombent nuit et jour », déplore l’organisation de défense des droits de l’Homme qui se dit surtout préoccupée du sort des civils dans le nord du Yémen.
Le document analyse 13 raids aériens de la coalition arabe à Saada, au cours desquels quelque 100 civils ont été tués, dont 59 enfants, 22 femmes et 56 autres dont 18 enfants ont été blessés entre mai et juillet 2015. Amnesty dénonce l’utilisation de bombes à sous-munitions, interdites internationalement. « Les Etats-Unis et d’autres pays exportant d’armes vers une quelconque des parties en conflit au Yémen ont une responsabilité, qui consiste à s’assurer que les transferts d’armes qu’ils autorisent, ne facilitent pas des violations sérieuses du droit humanitaire international ».

Afrique Rédaction avec Irna

Laisser un commentaire