Share
Angola: Dos Santos passera le témoin à João Lourenço après 37 ans à la tête du pays

Angola: Dos Santos passera le témoin à João Lourenço après 37 ans à la tête du pays

Angola: Dos Santos passera le témoin à João Lourenço après 37 ans à la tête du pays
Summary:
Le président angolais José Eduardo dos Santos ne va pas briguer un nouveau mandat lors des élections générales prévues en 2017, mettant ainsi un terme à un règne sans partage de 37 ans, a annoncé un responsable du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA, parti au pouvoir) le vendredi 2 décembre.

0%

 Le président angolais José Eduardo dos Santos ne va pas briguer un nouveau mandat lors des élections générales prévues en 2017, mettant ainsi un terme à un règne sans partage de 37 ans, a annoncé un responsable du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA, parti au pouvoir) le vendredi 2 décembre.

«Le président José Eduardo dos Santos ne sera pas candidat à sa succession à la tête du pays», a déclaré à l’AFP un membre du comité central du parti, João Pinto.«M. Dos Santos va céder sa place à la tête du MPLA à l’actuel ministre de la Défense João Lourenço», a-t-il précisé.

Le remplacement de M. dos Santos à la tête du MPLA par son ministre de la Défense et actuel vice-président du parti ne permet pas à l’actuel chef de l’Etat de rester au pouvoir au-delà de 2017 puisque la Constitution angolaise ne prévoit pas d’élection présidentielle au suffrage universel, mais stipule que le président du parti vainqueur des législatives devient automatiquement chef de l’Etat.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion de son comité central, le MPLA n’a pas évoqué la succession de M. dos Santos, mais la radio nationale a précisé en citant des sources internes au parti que M. Lourenço avait été désigné pour lui succéder.

Le nom de M. Lourenço, qui avait été nommé vice-président du MPLA en août, devrait être officiellement annoncé lors du 60e anniversaire du parti le 10 décembre.

Le chef de l’Etat avait été réélu en août à la tête du MPLA. Il avait semé le trouble en affirmant en mars qu’il quitterait le pouvoir en 2018, un an après les prochaines élections. Selon plusieurs sources médiatiques, José Eduardo dos Santos, 74 ans, a renoncé à briguer un nouveau mandant pour des raisons de santé.«M. dos Santos est malade depuis longtemps. Officiellement, ce n’est pas le cas, mais c’est un secret de polichinelle», a déclaré à l’AFP Didier Péclard, spécialiste de l’Angola à l’université de Genève.

Deuxième plus ancien chef d’Etat africain en exercice après l’équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, M. dos Santos exerce depuis 37 ans un contrôle quasi-total sur l’appareil de l’Etat. Il est notamment le chef des armées, du gouvernement, de la police et il nomme les principaux juges. AFP

Laisser un commentaire