Share
Angola: un adolescent de 14 ans abattu par des militaires au cours d’une manifestation, HRW demande une enquête

Angola: un adolescent de 14 ans abattu par des militaires au cours d’une manifestation, HRW demande une enquête

Angola: un adolescent de 14 ans abattu par des militaires au cours d’une manifestation, HRW demande une enquête
Summary:
Human Rights Watch (HRW) a demandé mercredi au gouvernement angolais d'enquêter sur la mort samedi d'un adolescent de 14 ans abattu par des militaires au cours d'une manifestation contre la démolition de son quartier à Luanda.

0%

Angola: un adolescent de 14 ans abattu par des militaires au cours d'une manifestation, HRW demande une enquête

Human Rights Watch (HRW) a demandé mercredi au gouvernement angolais d’enquêter sur la mort samedi d’un adolescent de 14 ans abattu par des militaires au cours d’une manifestation contre la démolition de son quartier à Luanda.

“Les soldats angolais ont tiré à balles réelles au cours d’une manifestation pacifique entraînant sans surprise la mort d’un adolescent”, a indiqué Daniel Bekele, directeur de HRW pour l’Afrique, dans un communiqué.

“Les autorités doivent rapidement établir pourquoi les soldats ont ouvert le feu et poursuivre les responsables”, a-t-il poursuivi.

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme, Rufino Antonio, un adolescent de 14 ans, a été mortellement touché au cou par une balle alors qu’il manifestait contre la démolition du quartier populaire de Zango, dans la banlieue de Luanda, pour y construire une zone industrielle.

“Un soldat a pointé son arme sur moi. Le garçon était juste derrière moi et je lui ai dit de courir. On s’est caché derrière un manguier. Un tir m’a raté mais a malheureusement touché le garçon”, a raconté à HRW Lucas, un manifestant.

Rui Domingos, l’oncle du garçon a affirmé que son neveu jouait dehors avec d’autres enfants quand il a décidé de rejoindre la manifestation dispersée ensuite par les militaires.

Les démolitions du quartier de Zango qui ont débuté fin juillet ont pour l’heure laissé 2.500 familles sans abri, selon des associations angolaises de défense du droit au logement. Avec l’AFP

Laisser un commentaire