TWITTER AVEC AFRIQUE REDACTION

TWITTER AFRIQUE REDACTION

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • FLASH-INFO OK 1
  • Medicaments-traditionnels.jpg
  • DIOMI
  • MANIF AMBASSADE RDC PARIS 129
  • Armand Tungulu 1

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

 

GROUPE ARTV NEWS 1 ESSAI 2

                                                                 Groupe  " Afrique Rédaction "

Venez nombreux rejoindre ce croupe de qualité avec une certaine pertinence dans les échanges, de posts, des images, vidéos et débats.
Accourez sur la nouvelle page de Roger BONGOS (Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...

Liker (Aimer) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...
Cliquez sur ce lien ci dessous et également sur la bannière
https://www.facebook.com/groups/afriqueredactionrogerbongos/

 

Il y a actuellement  64  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée LE 05-09-2014 - 08H10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : | PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALEAFRICAINE. à JOUR LE vendredi le 05-09-2014 - 08H29 PAR : ARTV NEWS Dominique KABONGO, Pierre MBUYI et Roger BONGOS Maman Marthe trésorière par la force de son irascibilité et d’humeur difficile à l’égard de l’appareil politique de l’UDPS, fait régner la terreur en écartant de fait, ceux qui sont contre ou s’opposent à ses méthodes anti-démocratiques d’une république bananière par rapport à sa gestion calamiteuse de ce denier. Dieu merci ! A chaque chose malheur est bon… Une question qui me taraude l’esprit à savoir : si le vieux avait l’effectivité du pouvoir en RDC, comment cette […]

Mardi 29 septembre 2009 2 29 /09 /Sep /2009 05:14
AFRIQUE REDACTION|ARTICLE LU 87 512 FOIS|MISE A JOUR LE 15-02-2010|06H15



AFFAIRE DE LA NUDITE DE MEJE 30 SUITE...




MJ-30-danseuse-de-Tshala-Muana.JPG








































Le ministre provincial de la Culture s’insurge contre l’humiliation de Meje 30

Une image piquée sur Internet illustrant la nudité de l’artiste musicienne Meje 30 de l’orchestre Dynastie Mutuashi chère à Tshala Muana fait la une de l’actualité musicale. C’est ainsi que le ministre provincial de la Culture, Roddy Mpika, lors d’un entretien avec «Forum des As», s’est insurgé contre cette campagne de dénigrement et de diabolisation menée contre Meje 30 et aussi sa patronne Tshala Mwana.

«C’est une campagne qui vise à humilier l’artiste et cela constitue un montage», déclare le ministre provincial de la Culture. Roddy Mpika qui fait savoir qu’une enquête est en train d’être diligentée pour connaître les auteurs de cet te campagne et les sanctions.
Pour lui, cette action vise beaucoup plus la patronne du groupe Dynastie Mutuashi, Tshala Muana à cause de ses convictions politiques. Jusque là, aucune réaction n’a été enregistrée de la part de l’artiste concernée et de sa patronne. L’on espère qu’elles la feront pour faire taire les rumeurs sur ce dossier.
Pour rappel, la Mamu nationale revenait dernièrement d’une tournée en Ouganda. Il semblerait que le montage de l’image sur Internet illustrant la nudité de Meje 30 aurait été fait à partir d’un des spectacles de Tshala Muana livré dans la partie orientale de l’Afrique.
Dieumerci MAYAMBI

PHOTOGRAPHIE
Le Congolais Sammy Baloji à Montréal avec l'exposition Vues de Likasi
Le MAI (Montréal, arts interculturels) amorce sa nouvelle saison avec Vues de Likasi, une exposition solo percutante du jeune photographe congolais Sammy Baloji, du 12 septembre au 10 octobre 2009. L'oeuvre en photomontage sera présentée dans la galerie du MAI en première canadienne dans le cadre de la 11e édition du Mois de la Photo à Montréal. Une occasion unique de découvrir cet artiste talentueux en nomination pour le Prix Pictet 2009 qui sera également présent au vernissage.
Avec Vues de Likasi (2006), Sammy Baloji explore la forme traditionnelle du panorama. Une longue prise de clichés photographiques reconstitue, rue après rue, le paysage urbain de Likasi rythmé par ses bâtisses anodines et ses anciennes architectures coloniales. Le portrait de la ville évoque l'héritage culturel et industriel ainsi que les signes ostentatoires de la colonisation belge de la fin du XIXe siècle qui persistent encore aujourd'hui. Sous une forme documentaire épurée, la déambulation photographique de l'artiste juxtapose les vestiges du passé et l'identité quotidienne de la ville, traversant différents temps de l'histoire de la République démocratique du Congo.

À propos de l'artiste
Sammy Baloji vit à Lubumbashi (République démocratique du Congo). Il a participé aux Rencontres africaines de la Photographie (Bamako, 2007) et à Photoquai (Quai Branly, Paris, 2007). Ses oeuvres vidéo ont été projetées lors de festivals en Afrique (CAPE07, Le Cap, 2007) et en Europe (Le Tarmac de la Villette, Paris, 2007) et ont fait partie de créations chorégraphiques (The Dialogue Series: iii. Dinozord, 2006). Il est à l'initiative de l'événement Picha ! Rencontres de l'image de Lubumbashi (2008).

À propos de la commissaire
Historienne de l'art et commissaire indépendante, Gaëlle Morel est membre du Conseil d'administration de la Société française de photographie et fait partie du comité de rédaction de la revue Études photographiques. Elle a récemment dirigé le recueil Photojournalisme et Art contemporain. Les Derniers Tableaux (2008) et a écrit en collaboration avec Thierry Gervais l'ouvrage La Photographie (2008). Elle prépare actuellement une exposition sur Berenice Abbott pour le Jeu de Paume à Paris pour 2011. Patwhite.com

ART VESTIMENTAIRE
La RDC présente au Sitho 2009 au Burkina Faso

La 6ème édition du Salon international du tourisme et de l'hôtellerie de Ouagadougou (Sitho) se déroulera du 29 septembre au 4 octobre 2009. Le thème retenu cette année est: "tourisme et art vestimentaire". Un choix qui s'explique par la nécessité de "valoriser la richesse et la diversité de l'art vestimentaire dans le domaine touristique", a expliqué Souleymane Ouédraogo, le président du comité national d'organisation, avant d'ajouter que "l'art vestimentaire est une composante importante de la culture de chaque peuple". Pour mieux illustrer ce thème, cette édition du Sitho est placé sous le parrainage du célèbre styliste-modéliste burkinabè, Pathé'O.


Plusieurs activités dont des expositions, des excursions sur des sites touristiques du Burkina, des défilés de mode, des conférences, des rencontres d'affaires, sont au menu de cette 6ème édition. Cependant, l'innovation principale de la 6ème édition du Sitho est l'introduction dans son programme, des concours gastronomiques et de la commission académie pour renforcer les capacités des professionnels. Une dizaine de pays africains viendront faire découvrir leurs atouts touristiques. Il s'agit de la Côte d'Ivoire, de la Guinée Conakry, du Mali, du Sénégal, du Niger, de la République démocratique du Congo. Les trois pays invités d'honneur sont le Bénin, le Ghana et le Kenya. fasozine.com


Quelle triste appréciation et observation "Monsieur Le Ministre"

 

Une culotte coûte moins de 750 FC à Kinshasa. Donc moins de 1$ américain ! Son attitude était délibérément éprouvée et approuvée par ses mœurs et celles de "sa mère" . Ce ministre de culture, sans culture se permet de porter une appréciation erronée sur le drame que vit la musique congolaise avec sa cohorte d’insanité. Il dira que ces photos son fabriquées et truquées, quelle mauvaise foi venant d’une autorité qui souhaite réguler la corporation en la donnant un visage plus acceptable et ses lettres de noblesses.

 

Comment osez vous nier l’évidence ? Vous cautionnez "Monsieur Le Ministre" cette attitude grossière de nos artistes, qui se fourvoient dans des comportements relevant de provocation à caractère pervers, qui passent en boucle dans vos chaînes à deux sous. Dites moi "Monsieur le Ministre "qui vous fréquentez, je vous dirai qui vous êtes par l’intermédiaire de la prostituée de Tshala Muana et son élève MEGE 30, qui au demeurant pourront dans le cas échéant me donner la couleur des vos slips et les cicatrices que vous avez dans vos parties "intimes".  

 

Je vous adresse, "Excellence Monsieur le Ministre", ce dicton en disant : Qui se ressemble s’assemble. Pardonnez moi Cher "Monsieur Le Ministre", vous êtes dans toute modestie, les oiseaux de même plumage ! Ces images montrent la préméditation de cette traînée en voulant tirer dans son filet, les billets doux des Ougandais, c'est la rançon de la gloire qui évidemment un goût amer... C'est une insulter à la cause de la femme Congolaise et sa dignité. Et aux artistes qui font merveilleusement bien leur travail. Ça montre également votre incurie et votre incapacité à gérer ce ministère, qui peut être le fleuron de la culture congolaise.  Celui qui tire le Diable par la queue, finit toujours par le voir ! La cause est entendue.  Ce que vous pensez devoir constituer le bonheur peut être une cause de malheur. Vous n'avez rien à faire dans ce ministère, foutez le camp!

 

Cordialement !

 

BONGOS Roger





 

LE RIDICULE NE TUE PAS, S’IL TUAIT LE CONGO SE VIDERAIT DE SA POPULATION

 

Le ridicule est un art que les congolais affectionnent particulièrement. On apprendrait avec stupéfaction et avec une certaine désinvolture, que le site partisan géré par une certaine inconnue jadis, aujourd’hui leader d’opinion et figure de proue de l’Establishment congolais. "La sœur jumelle" d’un certain  Kabila se la lance dans des terminologies qui au regard la situation n’a lieu d’être. L’hôpital qui se moque de la charité ! Les donneurs de leçons veulent nous apprendre que la justice existe en République bananière du Congo.

 

Une information judiciaire est ouverte sponsorisé et soutenue par le gouvernent en place avec les deniers de contribuables. Pour instruire une plainte contre X à l’encontre du pourfendeur qui a écorné la "réputation" de la charmante MJ 30. Qui porte actuellement des habits d’une parfaite victime. Une victime qui dans son calcul de polytechnicienne de bazar a omise de porter la décence de la grande culture Congolaise dans les fonts baptismaux d’une renaissance artistique congolaise qui est en mal de repères.

 

Un brillant savant orateur de son époque qui est adulé, respecté voir même adoré, toujours d’actualité. Il s’est distingué par ses convictions et sa clairvoyance, disait ; le salaire du péché c’est la Mort. Alors, nous voulons et demandons la mise à mort professionnelle à la ciguë ou par lapidation rédactionnelle de ces ennemis de la promotion culturelle congolaise.

 

La motivation morale de l’homme pour le bien est à la fois biologique et psychologique. Elle se manifeste, chez lui, par le désir d’harmoniser son être avec le milieu environnant. Que faut-il demander à une jeune femme qui a passée son temps à voir sa mère se dévêtir et se  revêtir ? Telle mère et dites nous la suite en chœur s’il vous plait…

 

La morale de cette histoire viendrait de l’insuffisance caractérielle de Tshala Muana qui avec son bâton de pèlerin de malheur a su instrumentalisée son groupe à un excès de pratiques péripathéticiennes qu’elle a sciemment et savamment institutionnalisée autour d’elle. Le véritable idéal d’une société que nous aspirons doit être fonder sur l’éducation de la population en passant pour nos donneurs de leçons à l’occurrence, la caisse de résonance benêt de KABILA (Digital Congo).

 

On protégerait dans cette marre aux goujats des personnes aux mœurs douteuses sacralisées par le haut sommet du pouvoir. Le but est de créer une diversion, pour faire oublier leur ratée sur le projet de modification de constitution qui a offusqué plus d’un. Et nous suivons avec  attention la suite des événements et nous nous battrons pour faire capoter ce projet anti-constitutionnel. Si le ridicule tuait, la RDC se viderait de sa population avec des situations anachroniques dignes des anciens polars en noir -blanc qui se passent au sein de cet appareil politico judiciaire Kabiliste importé du Rwanda. Nous choisissons nos amis d’après les vertus que nous leur attribuons, nous trouvons en eux loyauté, sécurité et probité. L’Etat congolais a choisi ses amis !

 

L’Ouganda est l’un des agresseurs de la République Démocratique du Congo. Comment peut on piétiner la mémoire de  milliers de victimes qui tombent sous les balles de ses agressions ? Quelle est la commission qui est initiée auprès des instances NATIONALES ou INTERNATIONALES  pour citer ce pays à comparaître devant un tribunal d’une juridiction pénale pour génocide, crime de guerre et crime contre l’humanité ?

 

Les Ougandais ont importé leur rébellion avec l’Armée de résistance du Seigneur (LRA)  qui terrorise actuellement la population démunie et sans défense du Nord  et du Nord - Est de la RDC. Nous sommes réduits aujourd’hui avec ces attaques, de faire vaille que vaille, la comptabilité macabre de nos sœurs, frères, mères et enfants à fleur de l’âge qui sont littéralement massacrés, torturés, pillés, violés par les agresseurs que nous connaissons tous. Cette festivité nauséabonde de trop qui fera date, et fait également rougir de rage, orphelins, veuves, parents de victimes et les ONG de défenses de droit de l’homme qui se sentent salis et trahis.

 

Comme par le grand mépris propre aux Kinois, on s’attarde sur une affaire de grigou, préméditée par son auteur  pour attirer les billets verts dans son escarcelle, qui au regard des déclarations tonitruantes,  l’affaire basculerait en affaire d’Etat à la cause d’une prostituée. On marcherait sur la tête !

 

Une élite de la chanson Congolaise est par définition, la représentante, l’ambassadrice de nos us et traditions qui au demeurant est soumise aux prérogatives et recommandations de son ministère de tutelle. Le pays est culturellement engagé par le déplacement d’un groupe musical dans un pays tiers. En ayant reçu le quitus et accr éditation de son ministère pour une représentation qui engageait l’image de marque de son département et celle de sa Nation, le ministre devrait être regardant pour le bon déroulement de cette manifestation qui malheureusement a produite comme à l’accoutumée les effets escomptés par nos ennemis. Des scènes sordides et prévisibles, dignes d’un film noir pornographique.

 

L’ordre de mission de ce séjour à Kampala a été rédigé par ce même ministre de tutelle avec les recommandations d’usage venant de sa hiérarchie. Un fond a été dégagé pour cette délégation composée de diplomates, politiques et artistes. Cela nous amène à porter un jugement de valeur sur les motivations, les orientations de cette mission et les intentions de Muséveni qui a mis le paquet selon les bruits qui circulent dans la petite Capitale, pour que la RDC soit humiliée auprès de ses concitoyens. Le principe de BMW est respecté…

 

Mission accomplie ! L’incompétence criante de ce ministre et de son gouvernement démontre sans conteste, le manque d’organisation et le cadrage de l’activité (briefing) de sa délégation. Il va de soit, le Ministre, doit présenter sa démission à la Nation, non à ce gouvernement de corrompu, parce qu’il a touché  à l’honneur et à l’intégrité de la Nation. D’après un conseiller du Jeune Président, il a demandé avec ses méthodes de gangster séance tenante, que cette affaire ne ternisse pas son image, l’eau est dans le gaz. Mot d’ordre, soutenir la femme jeune sur le principe du complot. La cause est entendue….

 

S’il y a réprimande à faire, elle commencerait par la suspension  de l’instigateur de cette honte nationale à l’occurrence la traînée de MJ 30 qui devrait être sanctionner par qu’une enquête  diligentée dans toute impartialité par le pouvoir public et la société civile sur l’ordre ordonnancier de l’Etat pour  que la lumière soit faite sur cette sombre et rocambolesque histoire qui déchaîne les passions et qui nous grandit pas d’ailleurs…

 

Quant à cet article (digital) qui parle délibérément à tort de cybercriminalité (voir le dico sur cet adjectif), je pense on se tromperait de cible dans sa diatribe contre les sites ou les internautes qui ont eu l’opportunité et pris la balle au bond pour dénoncer l’absence d’autorité, le clientélisme et l’immoralité qui devient une seconde nature en RDC, particulièrement dans l’appareil de l’Etat congolais en commençant par le criminel qui a trouvé sa légitimité dans des élections frauduleusement acquise. Qui dans l’impunité avérée, tue, emprisonne et asservit le peuple Congolais. Et de surcroît veut porter un coup fatal à la démocratie en voulait, contre vent et marrée changer la constitution, afin de s’éterniser au pouvoir….

 

BONGOS Roger













































Le ministre provincial de la Culture s’insurge contre l’humiliation de Meje 30

Une image piquée sur Internet illustrant la nudité de l’artiste musicienne Meje 30 de l’orchestre Dynastie Mutuashi chère à Tshala Muana fait la une de l’actualité musicale. C’est ainsi que le ministre provincial de la Culture, Roddy Mpika, lors d’un entretien avec «Forum des As», s’est insurgé contre cette campagne de dénigrement et de diabolisation menée contre Meje 30 et aussi sa patronne Tshala Mwana.

«C’est une campagne qui vise à humilier l’artiste et cela constitue un montage», déclare le ministre provincial de la Culture. Roddy Mpika qui fait savoir qu’une enquête est en train d’être diligentée pour connaître les auteurs de cet te campagne et les sanctions.
Pour lui, cette action vise beaucoup plus la patronne du groupe Dynastie Mutuashi, Tshala Muana à cause de ses convictions politiques. Jusque là, aucune réaction n’a été enregistrée de la part de l’artiste concernée et de sa patronne. L’on espère qu’elles la feront pour faire taire les rumeurs sur ce dossier.
Pour rappel, la Mamu nationale revenait dernièrement d’une tournée en Ouganda. Il semblerait que le montage de l’image sur Internet illustrant la nudité de Meje 30 aurait été fait à partir d’un des spectacles de Tshala Muana livré dans la partie orientale de l’Afrique.
Dieumerci MAYAMBI

PHOTOGRAPHIE
Le Congolais Sammy Baloji à Montréal avec l'exposition Vues de Likasi
Le MAI (Montréal, arts interculturels) amorce sa nouvelle saison avec Vues de Likasi, une exposition solo percutante du jeune photographe congolais Sammy Baloji, du 12 septembre au 10 octobre 2009. L'oeuvre en photomontage sera présentée dans la galerie du MAI en première canadienne dans le cadre de la 11e édition du Mois de la Photo à Montréal. Une occasion unique de découvrir cet artiste talentueux en nomination pour le Prix Pictet 2009 qui sera également présent au vernissage.
Avec Vues de Likasi (2006), Sammy Baloji explore la forme traditionnelle du panorama. Une longue prise de clichés photographiques reconstitue, rue après rue, le paysage urbain de Likasi rythmé par ses bâtisses anodines et ses anciennes architectures coloniales. Le portrait de la ville évoque l'héritage culturel et industriel ainsi que les signes ostentatoires de la colonisation belge de la fin du XIXe siècle qui persistent encore aujourd'hui. Sous une forme documentaire épurée, la déambulation photographique de l'artiste juxtapose les vestiges du passé et l'identité quotidienne de la ville, traversant différents temps de l'histoire de la République démocratique du Congo.

À propos de l'artiste
Sammy Baloji vit à Lubumbashi (République démocratique du Congo). Il a participé aux Rencontres africaines de la Photographie (Bamako, 2007) et à Photoquai (Quai Branly, Paris, 2007). Ses oeuvres vidéo ont été projetées lors de festivals en Afrique (CAPE07, Le Cap, 2007) et en Europe (Le Tarmac de la Villette, Paris, 2007) et ont fait partie de créations chorégraphiques (The Dialogue Series: iii. Dinozord, 2006). Il est à l'initiative de l'événement Picha ! Rencontres de l'image de Lubumbashi (2008).

À propos de la commissaire
Historienne de l'art et commissaire indépendante, Gaëlle Morel est membre du Conseil d'administration de la Société française de photographie et fait partie du comité de rédaction de la revue Études photographiques. Elle a récemment dirigé le recueil Photojournalisme et Art contemporain. Les Derniers Tableaux (2008) et a écrit en collaboration avec Thierry Gervais l'ouvrage La Photographie (2008). Elle prépare actuellement une exposition sur Berenice Abbott pour le Jeu de Paume à Paris pour 2011. Patwhite.com

ART VESTIMENTAIRE
La RDC présente au Sitho 2009 au Burkina Faso

La 6ème édition du Salon international du tourisme et de l'hôtellerie de Ouagadougou (Sitho) se déroulera du 29 septembre au 4 octobre 2009. Le thème retenu cette année est: "tourisme et art vestimentaire". Un choix qui s'explique par la nécessité de "valoriser la richesse et la diversité de l'art vestimentaire dans le domaine touristique", a expliqué Souleymane Ouédraogo, le président du comité national d'organisation, avant d'ajouter que "l'art vestimentaire est une composante importante de la culture de chaque peuple". Pour mieux illustrer ce thème, cette édition du Sitho est placé sous le parrainage du célèbre styliste-modéliste burkinabè, Pathé'O.


Plusieurs activités dont des expositions, des excursions sur des sites touristiques du Burkina, des défilés de mode, des conférences, des rencontres d'affaires, sont au menu de cette 6ème édition. Cependant, l'innovation principale de la 6ème édition du Sitho est l'introduction dans son programme, des concours gastronomiques et de la commission académie pour renforcer les capacités des professionnels. Une dizaine de pays africains viendront faire découvrir leurs atouts touristiques. Il s'agit de la Côte d'Ivoire, de la Guinée Conakry, du Mali, du Sénégal, du Niger, de la République démocratique du Congo. Les trois pays invités d'honneur sont le Bénin, le Ghana et le Kenya. fasozine.com


Quelle triste appréciation et observation "Monsieur Le Ministre"

 

Une culotte coûte moins de 750 FC à Kinshasa. Donc moins de 1$ américain ! Son attitude était délibérément éprouvée et approuvée par ses mœurs et celles de "sa mère" . Ce ministre de culture, sans culture se permet de porter une appréciation erronée sur le drame que vit la musique congolaise avec sa cohorte d’insanité. Il dira que ces photos son fabriquées et truquées, quelle mauvaise foi venant d’une autorité qui souhaite réguler la corporation en la donnant un visage plus acceptable et ses lettres de noblesses.

 

Comment osez vous nier l’évidence ? Vous cautionnez "Monsieur Le Ministre" cette attitude grossière de nos artistes, qui se fourvoient dans des comportements relevant de provocation à caractère pervers, qui passent en boucle dans vos chaînes à deux sous. Dites moi "Monsieur le Ministre "qui vous fréquentez, je vous dirai qui vous êtes par l’intermédiaire de la prostituée de Tshala Muana et son élève MEGE 30, qui au demeurant pourront dans le cas échéant me donner la couleur des vos slips et les cicatrices que vous avez dans vos parties "intimes".  

 

Je vous adresse, "Excellence Monsieur le Ministre", ce dicton en disant : Qui se ressemble s’assemble. Pardonnez moi Cher "Monsieur Le Ministre", vous êtes dans toute modestie, les oiseaux de même plumage ! Ces images montrent la préméditation de cette traînée en voulant tirer dans son filet, les billets doux des Ougandais, c'est la rançon de la gloire qui évidemment un goût amer... C'est une insulter à la cause de la femme Congolaise et sa dignité. Et aux artistes qui font merveilleusement bien leur travail. Ça montre également votre incurie et votre incapacité à gérer ce ministère, qui peut être le fleuron de la culture congolaise.  Celui qui tire le Diable par la queue, finit toujours par le voir ! La cause est entendue.  Ce que vous pensez devoir constituer le bonheur peut être une cause de malheur. Vous n'avez rien à faire dans ce ministère, foutez le camp!

 

Cordialement !

 

BONGOS Roger





 

LE RIDICULE NE TUE PAS, S’IL TUAIT LE CONGO SE VIDERAIT DE SA POPULATION

 

Le ridicule est un art que les congolais affectionnent particulièrement. On apprendrait avec stupéfaction et avec une certaine désinvolture, que le site partisan géré par une certaine inconnue jadis, aujourd’hui leader d’opinion et figure de proue de l’Establishment congolais. "La sœur jumelle" d’un certain  Kabila se la lance dans des terminologies qui au regard la situation n’a lieu d’être. L’hôpital qui se moque de la charité ! Les donneurs de leçons veulent nous apprendre que la justice existe en République bananière du Congo.

 

Une information judiciaire est ouverte sponsorisé et soutenue par le gouvernent en place avec les deniers de contribuables. Pour instruire une plainte contre X à l’encontre du pourfendeur qui a écorné la "réputation" de la charmante MJ 30. Qui porte actuellement des habits d’une parfaite victime. Une victime qui dans son calcul de polytechnicienne de bazar a omise de porter la décence de la grande culture Congolaise dans les fonts baptismaux d’une renaissance artistique congolaise qui est en mal de repères.

 

Un brillant savant orateur de son époque qui est adulé, respecté voir même adoré, toujours d’actualité. Il s’est distingué par ses convictions et sa clairvoyance, disait ; le salaire du péché c’est la Mort. Alors, nous voulons et demandons la mise à mort professionnelle à la ciguë ou par lapidation rédactionnelle de ces ennemis de la promotion culturelle congolaise.

 

La motivation morale de l’homme pour le bien est à la fois biologique et psychologique. Elle se manifeste, chez lui, par le désir d’harmoniser son être avec le milieu environnant. Que faut-il demander à une jeune femme qui a passée son temps à voir sa mère se dévêtir et se  revêtir ? Telle mère et dites nous la suite en chœur s’il vous plait…

 

La morale de cette histoire viendrait de l’insuffisance caractérielle de Tshala Muana qui avec son bâton de pèlerin de malheur a su instrumentalisée son groupe à un excès de pratiques péripathéticiennes qu’elle a sciemment et savamment institutionnalisée autour d’elle. Le véritable idéal d’une société que nous aspirons doit être fonder sur l’éducation de la population en passant pour nos donneurs de leçons à l’occurrence, la caisse de résonance benêt de KABILA (Digital Congo).

 

On protégerait dans cette marre aux goujats des personnes aux mœurs douteuses sacralisées par le haut sommet du pouvoir. Le but est de créer une diversion, pour faire oublier leur ratée sur le projet de modification de constitution qui a offusqué plus d’un. Et nous suivons avec  attention la suite des événements et nous nous battrons pour faire capoter ce projet anti-constitutionnel. Si le ridicule tuait, la RDC se viderait de sa population avec des situations anachroniques dignes des anciens polars en noir -blanc qui se passent au sein de cet appareil politico judiciaire Kabiliste importé du Rwanda. Nous choisissons nos amis d’après les vertus que nous leur attribuons, nous trouvons en eux loyauté, sécurité et probité. L’Etat congolais a choisi ses amis !

 

L’Ouganda est l’un des agresseurs de la République Démocratique du Congo. Comment peut on piétiner la mémoire de  milliers de victimes qui tombent sous les balles de ses agressions ? Quelle est la commission qui est initiée auprès des instances NATIONALES ou INTERNATIONALES  pour citer ce pays à comparaître devant un tribunal d’une juridiction pénale pour génocide, crime de guerre et crime contre l’humanité ?

 

Les Ougandais ont importé leur rébellion avec l’Armée de résistance du Seigneur (LRA)  qui terrorise actuellement la population démunie et sans défense du Nord  et du Nord - Est de la RDC. Nous sommes réduits aujourd’hui avec ces attaques, de faire vaille que vaille, la comptabilité macabre de nos sœurs, frères, mères et enfants à fleur de l’âge qui sont littéralement massacrés, torturés, pillés, violés par les agresseurs que nous connaissons tous. Cette festivité nauséabonde de trop qui fera date, et fait également rougir de rage, orphelins, veuves, parents de victimes et les ONG de défenses de droit de l’homme qui se sentent salis et trahis.

 

Comme par le grand mépris propre aux Kinois, on s’attarde sur une affaire de grigou, préméditée par son auteur  pour attirer les billets verts dans son escarcelle, qui au regard des déclarations tonitruantes,  l’affaire basculerait en affaire d’Etat à la cause d’une prostituée. On marcherait sur la tête !

 

Une élite de la chanson Congolaise est par définition, la représentante, l’ambassadrice de nos us et traditions qui au demeurant est soumise aux prérogatives et recommandations de son ministère de tutelle. Le pays est culturellement engagé par le déplacement d’un groupe musical dans un pays tiers. En ayant reçu le quitus et accr éditation de son ministère pour une représentation qui engageait l’image de marque de son département et celle de sa Nation, le ministre devrait être regardant pour le bon déroulement de cette manifestation qui malheureusement a produite comme à l’accoutumée les effets escomptés par nos ennemis. Des scènes sordides et prévisibles, dignes d’un film noir pornographique.

 

L’ordre de mission de ce séjour à Kampala a été rédigé par ce même ministre de tutelle avec les recommandations d’usage venant de sa hiérarchie. Un fond a été dégagé pour cette délégation composée de diplomates, politiques et artistes. Cela nous amène à porter un jugement de valeur sur les motivations, les orientations de cette mission et les intentions de Muséveni qui a mis le paquet selon les bruits qui circulent dans la petite Capitale, pour que la RDC soit humiliée auprès de ses concitoyens. Le principe de BMW est respecté…

 

Mission accomplie ! L’incompétence criante de ce ministre et de son gouvernement démontre sans conteste, le manque d’organisation et le cadrage de l’activité (briefing) de sa délégation. Il va de soit, le Ministre, doit présenter sa démission à la Nation, non à ce gouvernement de corrompu, parce qu’il a touché  à l’honneur et à l’intégrité de la Nation. D’après un conseiller du Jeune Président, il a demandé avec ses méthodes de gangster séance tenante, que cette affaire ne ternisse pas son image, l’eau est dans le gaz. Mot d’ordre, soutenir la femme jeune sur le principe du complot. La cause est entendue….

 

S’il y a réprimande à faire, elle commencerait par la suspension  de l’instigateur de cette honte nationale à l’occurrence la traînée de MJ 30 qui devrait être sanctionner par qu’une enquête  diligentée dans toute impartialité par le pouvoir public et la société civile sur l’ordre ordonnancier de l’Etat pour  que la lumière soit faite sur cette sombre et rocambolesque histoire qui déchaîne les passions et qui nous grandit pas d’ailleurs…

 

Quant à cet article (digital) qui parle délibérément à tort de cybercriminalité (voir le dico sur cet adjectif), je pense on se tromperait de cible dans sa diatribe contre les sites ou les internautes qui ont eu l’opportunité et pris la balle au bond pour dénoncer l’absence d’autorité, le clientélisme et l’immoralité qui devient une seconde nature en RDC, particulièrement dans l’appareil de l’Etat congolais en commençant par le criminel qui a trouvé sa légitimité dans des élections frauduleusement acquise. Qui dans l’impunité avérée, tue, emprisonne et asservit le peuple Congolais. Et de surcroît veut porter un coup fatal à la démocratie en voulait, contre vent et marrée changer la constitution, afin de s’éterniser au pouvoir….

 

BONGOS Roger





Par BONGOS ROGER - Publié dans : MONDE
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Retour à l'accueil

Twitter avec Afrique Rédaction

VIDEO POLITIQUE

 

VIDEO MUSICALE

 

VIDEO CULTURELLE

 

VIDEO GENERALE

 

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés