TWITTER AVEC AFRIQUE REDACTION

TWITTER AFRIQUE REDACTION

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • DSCF2515
  • DSCF5860
  • PIH - LM well done Nigel (2014 06 18) FR-copie-2
  • RDC-Kibati-Distribution-Nourriture-20novembre2008-1
  • LES GANGS

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

 

GROUPE ARTV NEWS 1 ESSAI 2

                                                                 Groupe  " Afrique Rédaction "

Venez nombreux rejoindre ce croupe de qualité avec une certaine pertinence dans les échanges, de posts, des images, vidéos et débats.
Accourez sur la nouvelle page de Roger BONGOS (Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...

Liker (Aimer) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...
Cliquez sur ce lien ci dessous et également sur la bannière
https://www.facebook.com/groups/afriqueredactionrogerbongos/

 

Il y a actuellement  39  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée LE 05-09-2014 - 08H10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : | PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALEAFRICAINE. à JOUR LE vendredi le 05-09-2014 - 08H29 PAR : ARTV NEWS Dominique KABONGO, Pierre MBUYI et Roger BONGOS Maman Marthe trésorière par la force de son irascibilité et d’humeur difficile à l’égard de l’appareil politique de l’UDPS, fait régner la terreur en écartant de fait, ceux qui sont contre ou s’opposent à ses méthodes anti-démocratiques d’une république bananière par rapport à sa gestion calamiteuse de ce denier. Dieu merci ! A chaque chose malheur est bon… Une question qui me taraude l’esprit à savoir : si le vieux avait l’effectivité du pouvoir en RDC, comment cette […]

Mercredi 22 août 2012 3 22 /08 /Août /2012 21:16

 

Crée le 22-08-2012- 18h00 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mecredi 22-08-2012 - 18h29 PAR :  CONGO OUVEAU

 

Alors que l’envoi d’une force neutre dans l’est de la RDC est en négociation, les rebelles du M23 mettent désormais en avant des revendications de politique générale. Une stratégie dont les finalités restent obscures, mais qui pourrait servir à gagner du temps. Après avoir mis en place une ébauche d’administration dans les zones qu’ils contrôlent, les rebelles congolais du Mouvement du 23 mars (M23) poursuivent leur mutation.

Dimanche 19 août, ses responsables ont annoncé avoir formé un cabinet politique. Composé de 25 membres, celui-ci compte un président, un chef militaire, un secrétaire exécutif, et des chefs de départements. « Leur rôle sera la gestion de la population dans la zone que nous contrôlons », explique le colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23.

Alors que son action a exacerbé les tensions ethniques, le mouvement affiche désormais sa volonté de prendre ses responsabilités envers les populations. Sa restructuration confirme en tout cas l’évolution de la rébellion depuis le début du conflit, en avril. Né de la défection d’ex-membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), le M23 cherche aujourd’hui à prouver qu’il est une structure politique aux ambitions nationales légitimes. « Nous voulons montrer à la communauté internationale et nationale que le M23 n’est pas simplement une organisation militaire, mais un mouvement politico-militaire », dit le colonel Kazarama.

De fait, les revendications du mouvement ont évolué en ce sens. Après avoir demandé le respect des accords du 23 mars 2009, puis s’être érigés en protecteur des communautés tutsies, les rebelles font maintenant de la bonne gouvernance et du respect du résultat de la présidentielle de 2011 leur nouveau cheval de bataille. En nommant des comités locaux de sécurité constitués de ses cadres de base, des autorités coutumières locales ainsi que des élites des communautés, le M23 cherche à améliorer son image auprès des habitants du Nord-Kivu. L'objectif est de montrer que la rébellion est capable de maintenir l’ordre et la paix dans une zone où le gouvernement de Kinshasa a échoué.

Quelles ambitions ?

Reste qu’il est encore difficile de voir clair dans les ambitions du M23 : veulent-ils le retour au statu quo d’avant la rébellion ? Le mouvement veut-il aller plus loin, vers le fédéralisme ou un simple changement de gouvernement ? Officiellement, les représentants des rebelles se refusent à expliciter ce qu’implique à leurs yeux « le respect du résultat des urnes ». Mais, devant la rapidité avec laquelle la rébellion a gagné du terrain, certains de ses membres ont revu leur ambitions à la hausse et militent pour que le mouvement demande officiellement le départ du président Joseph Kabila. « C’est trop tard, il faut qu’il parte », martèle un membre du bureau politique.

Deux interrogations demeurent. La mutation du M23 transcrit-elle une réelle volonté de changement national ? Ou est-ce seulement une stratégie pour amener le gouvernement à parlementer ? « Beaucoup d’officiers du M23 aimeraient entamer des négociations avec le gouvernement mais savent très bien qu’ils ne le pourront pas avec, comme demande principale, le départ de Kabila », affirme Jason Stearns, ancien coordinateur du Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC.

"Ne pas surestimer leur puissance"

Mais d'abord, les rebelles sont-ils capables de menacer Kinshasa ? Pour l’instant non, estime Jason Stearns. « Il ne faut pas surestimer leur puissance, explique l’analyste. Le CNDP contrôlait un territoire trois plus grand que le M23 maintenant, et Kabila n’a pas quitté le pouvoir à cause de cela ». Moins puissant que ne l'était le CNDP, la rébellion se développe cependant rapidement. Les rebelles ont capturé beaucoup de munitions et de matériel, mis en place un camp de formation, alors que, dans le même temps, la multiplication des défections au sein des FARDC vers le M23 ou d’autres rébellions affaiblit encore plus l’armée.

À Goma, les dernières réunions de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL) ont précisé la composition de la force neutre qui pourrait être déployée dans le Nord-Kivu et dont les questions logistiques restent à trancher. « Mais aucun bailleur fonds ou diplomate ne croit à cette force », assure Jason Stearns. « Dans le passé, les négociations ont été un moyen pour les rebelles de se réorganiser, de se renforcer, de nouer des liens avec des autres partenaires ».
Selon lui, le risque est que, faute de compromis politique, la confrontation militaire reprenne de plus belle « avec un M23 beaucoup plus organisé, plus formé, et plus fort qu’avant ».

In www.jeuneafrique.com du 20 août 2012  
Par Vincent Duhem

Par BONGOS ROGER - Publié dans : CONGO DEMOCRATIQUE (RDC)
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Twitter avec Afrique Rédaction

VIDEO POLITIQUE

 

VIDEO MUSICALE

 

VIDEO CULTURELLE

 

VIDEO GENERALE

 

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés