Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Congo/législatives: un opposant dénonce une élection complètement truquée

com

Crée le 20-07-2012-12 h30 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le vendredi 20-07-2012 - 13h15 PAR : ARTV-NEWS

 

 

legislatives-a-Brazzaville.jpg


Le 1er tour des législatives au Congo a été complètement truqué a affirmé vendredi l'opposant Mathias Dzon, le chef de l'Alliance pour la république et la démocratie (ARD), après l'annonce des résultats officiels donnant une large avance au parti au pouvoir.

Quand on regarde l'ensemble des résultats, 90% d'élus viennent du PCT (Parti congolais du travail, au pouvoir) parce que c'est une élection complètement truquée a dit à l'AFP M. Dzon, dont le parti rgroupe une dizaine de formation de l'opposotionà l'AFP.

Ca n'a rien à voir avec la réalité sur le terrain, ca n'a aucun sens. Nous ne reconnaissons pas ces résultats parce qu'ils sont complètement faux, a-t-il ajouté.

Selon les résultats annoncés vendredi par le ministre de l'Intérieur, le PCT, parti du président Denis Sassou Nguesso, a remporté 57 des 69 sièges pourvus dès le premier tour organisé le 15 juillet. Les alliés du PCT obtiennent 10 sièges, l'opposition un seul, et un indépendant a été élu.

L'ARD, qui regroupe dix formations d'opposition qui avaient boycotté le scrutin de 2007, a présenté environ 70 candidats, dont aucun n'a été élu au 1er tour dimanche.

Un opposant responsable de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) a, sous couvert d'anonymat, qualifié les résultats de débacle de l'opposition.

Pour Clément Miérassa, du Front des partis de l'opposition congolaise, le PCT est responsable de la situation chaotique dans laquelle se trouve le Congo et c'est lui qui gagne les élections sur l'ensemble du pays, c'est paradoxal.

Le Congo est riche en pétrole - dont la gestion des revenus est régulièrement critiquée - mais la moitié des 4 millions d'habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Cette victoire du PCT s'explique par les moyens disproportionnés utilisés pendant la campagne électorale, a estimé Roch Euloge, de l'Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH).

Il y a eu en amont un mécanisme qui était favorable (au PCT): des listes électorales et un découpage peu fiables. Ces élections n'ont été qu'une formalité, et c'est dommage pour la jeune démocratie congolaise, a-t-il ajouté.

Aucun taux de participation n'a été officiellement donné, mais l'OCDH l'a estimé à 15%.

Dans sa circonscription de Gamboma (centre), où il a été battu par Hugues Ngouélondélé (PCT), maire de Brazzaville et gendre du président Sassou Nguesso, Mathias Dzon avait dénoncé une grande fraude organisée (...) avec la complicité des militaires. Il a revendiqué la victoire et affirmé que son adversaire n'avait même pas atteint 15% des suffrages.

Après le vote, ses partisans avaient assiégé le bureau de la Commission nationale électorale (Conel) à Gamboma. Trois personnes avaient été blessées. M. Dzon avait affirmé avoir enregistré 1.000 procurations avec de faux actes de naissance et empêché ceux qui les détenaient de voter. Il avait évoqué des listes fictives d'électeurs qui expliquaient selon lui le fort taux d'abstention.

Mercredi alors qu'il rentrait vers la capitale, M. Dzon avait été bloqué par la police à Odziba (100 kilomètres au nord de Brazzaville). Il avait dû longuement négocier avec la police qui l'avait ensuite escorté jusqu'à son domicile à Brazzaville.


(©AFP / 20 juillet 2012 13h06)

Repost

Commenter cet article