TWITTER AVEC AFRIQUE REDACTION

TWITTER AFRIQUE REDACTION

 

 LE-REGARD-VERS-LES-AUTRES.png

 

 

Syndication

  • Flux RSS des articles

Photos des articles publiés

  • SABIN 10
  • DSCF2497
  • JP BEMBA
  • KULUNA KIN
  • MARTYR DE LA RDC

Twitter - Facebook

 

APPLETS-ACTUALITE.jpg APPLETS-MONDE.jpg APPLETS-AFRIQUE.jpg APPLETS-RDC.jpg APPLETS-DIASPORA-copie-1.jpg APPLETS--SOCIETE-copie-1.jpg APPLETS--CULTURE-copie-1.jpg APPLETS--SPORTS-copie-1.jpg APPLETS--INSOLITE-copie-1.jpg APPLETS--VIDEOS-copie-2.jpg

 

GROUPE ARTV NEWS 1 ESSAI 2

                                                                 Groupe  " Afrique Rédaction "

Venez nombreux rejoindre ce croupe de qualité avec une certaine pertinence dans les échanges, de posts, des images, vidéos et débats.
Accourez sur la nouvelle page de Roger BONGOS (Afrique Rédaction), celle qui remplace son compte facebook...

Liker (Aimer) cette page pour suivre l'actualité en continu de la RDC, du continent et du monde...
Cliquez sur ce lien ci dessous et également sur la bannière
https://www.facebook.com/groups/afriqueredactionrogerbongos/

 

Il y a actuellement  45  personne(s) connectées sur ce site

MAIL laredaction@afriqueredaction.com                  

 

       Roger BONGOS " Rédacteur en chef " Tél. : 00 33 - 652 - 754 - 090

 

 

 

ARTICLE-A-LA-UNE.png



Crée LE 05-09-2014 - 08H10 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : | PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALEAFRICAINE. à JOUR LE vendredi le 05-09-2014 - 08H29 PAR : ARTV NEWS Dominique KABONGO, Pierre MBUYI et Roger BONGOS Maman Marthe trésorière par la force de son irascibilité et d’humeur difficile à l’égard de l’appareil politique de l’UDPS, fait régner la terreur en écartant de fait, ceux qui sont contre ou s’opposent à ses méthodes anti-démocratiques d’une république bananière par rapport à sa gestion calamiteuse de ce denier. Dieu merci ! A chaque chose malheur est bon… Une question qui me taraude l’esprit à savoir : si le vieux avait l’effectivité du pouvoir en RDC, comment cette […]

Mercredi 1 août 2012 3 01 /08 /Août /2012 13:16

Crée le 01-08-2012-10h50 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mecredi 01-07-2012 - 11h00 PAR : LE MILLENAIRE  

 Bosco-Ntaganda.jpgChaque jour qui passe les rebelles de M23  ne font  que gagner du terrain à l’Est du Congo. Des localites tombent les unes après les autres, visiblement, sans une véritable résistance des FARDC. Les troupes loyales ne semblent pas avoir la motivation voulue pour affronter l’ennemi. Il se pose un réel problème d’organisation au sein de l’armée congolaise.  
Pour des observateurs avertis, cet état de chose est du à  l’entêtement du pouvoir de Kinshasa s’agissant de la construction d’une armée républicaine en RDC. Alors que cette question était retenue parmi les priorités à  l’issu du dialogue de Sun City, les autorités congolaises lui ont accordé la moindre importance. Il nous revient qu’au sommet de l’Etat Congolais l’on boudait même d’aborder cette question. Toute proposition allant dans le sens de former une armée solide pour la RDC trouvait une résistance farouche au très haut sommet de l’Etat Congolais. Conséquence ? Plus de dix ans après la tenue du dialogue intercongolais, la RDC n’a pu former réellement que quatre bataillons grâce au concours des pays comme la Chine, les USA, la Belgique et l’Afrique du Sud. Malheureusement, les éléments issus de ces quatre bataillons, amassés à Rutshuru, ont connu dernièrement le déboire face aux « mutins » de M23. Tout l’arsenal militaire qu’ils avaient a été récupéré par les rebelles. Manquant d’argument pour justifier ce coup dur, le pouvoir de Kinshasa a simplement cherché à trouver des bouc-émissaires.
Les dirigeants congolais avaient oublié sciemment l’adage «  qui veut la paix, prépare la guerre ». Ils sont seuls à connaitre le pourquoi de cet état de chose. Le pays en paie les frais aujourd’hui.
Ces quatre bataillons ayant été dispersés, la RDC ne peut maintenant compté qu’avec la garde présidentielle de Kabila. Triste sort pour ce grand pays au centre de l’Afrique. La responsabilité de la désorganisation de l’armée congolaise est à mettre à charge des autorités congolaises.

Kinshasa a empêché Bosco Ntaganda à se rendre à la CPI.
Des sources dignes de foi, nous apprenons que Bosco Ntaganda voulait bien se rendre personnellement à  la CPI. Cet ex-général des FARDC avait sollicité du gouvernement de Kinshasa une somme d’argent à laisser à  sa famille avant de se livrer à  la CPI. Cela, en guise de compensation pour tous les « services » rendus au pouvoir de Kinshasa. Hélas, c’est une fin de non recevoir qui lui avait été réservée par les tenants du pouvoir de Kinshasa. Mal servi, Bosco n’avait trouvé mieux que de retourner au maquis.  Une fois la mutinerie déclenchée, le pouvoir de Kinshasa a déboursé, pour soutenir la guerre, vingt fois plus que la somme qui lui était  exigée par Bosco Ntaganda en contre partie de son extradition à  la CPI. Dieu seul sait si tout cet argent était réellement arrivé à destination.  De là imaginer que certaines personnalités, dans les hautes sphères de l’administration congolaise se servent de cette guerre de l’Est, il n’y a qu’un petit pas à franchir.  Ici se pose aussi le problème des choix que font les dirigeants congolais pour résoudre certaines questions.


M23 : l’unique choix qui reste à  Mbusa Nyamwisi.
Qu’est devenu Mbusa Nyamwisi ? C’est la question que de nombreuses personnes se posent en RDC. Ce député national n’est plus visible à l’hémicycle du palais du peuple à Kinshasa depuis un temps. Des sources concordantes nous apprenons que cet élu de Butembo séjourne actuellement en Afrique du Sud. Il est peu probable que cet ancien ministre des affaires étrangères retourne à Kinshasa pour remplir ses fonctions de député national. Il est accusé d’être de mèche avec les rebelles de M23 par les hommes du pouvoir à Kinshasa. Il ne peut donc pas s’hasarder à rentrer dans la capitale congolaise où le rouleau compresseur du pouvoir Kabila doit certainement l’attendre.  Déjà, alors qu’il était dans le giron du pouvoir Kabila, Mbusa Nyamwisi  était le mal aimé de la cour. L’entourage du Chef lui voulait noise pour des raisons inavouées. L’homme a toujours fait peur aux courtisans de Joseph Kabila qui le considère comme dangereux.
Après son passage dans l’opposition congolaise avant les dernières élections et son incrimination comme commanditaire de M23, il ne lui reste qu’un seul choix : le M23.  A Kinshasa c’est sure qu’il se fera malmener par le pouvoir en place.
Des bonnes sources nous apprenons que ce leader de Butembo serait déjà à la porte de cette nouvelle rébellion. Nombreux de ses sympathisant,s qui en ont marre de la manière dont leur leader est trainé dans la boue par le pouvoir Kabila, l’encourageraient à rejoindre la résistance.  L’entrée de Mbusa Nyamwisi dans M23 va certainement donner une autre allure à cette insurrection  et même lui donner des ambitions nationales. La mutinerie risque de se transformer en une véritable rébellion pour la conquête du pouvoir à Kinshasa. L’argument de la balkanisation de la RDC qu’avance Kinshasa va perdre tout son sens. Allons-nous vers une troisième « libération » de la RDC ?
Les jours suivants seront très riches en rebondissements.
Joska Kaninda Nkole

Par BONGOS ROGER - Publié dans : CONGO DEMOCRATIQUE (RDC)
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Twitter avec Afrique Rédaction

VIDEO POLITIQUE

 

VIDEO MUSICALE

 

VIDEO CULTURELLE

 

VIDEO GENERALE

 

Voir le profil de Roger Bongos sur LinkedIn

 

LA-CHAINE-PARLEMENTAIRE-EN-LIVE-LCP-copie-2.png

 

 

 

 

       

Regardez l'actualité de ce jour en image avec

Afrique Rédaction !

 

 

AFRIQUE REDACTION

Recherche

Catégories

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

La pub de la semaine

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés