Afrique Rédaction

Actualité africaine et internationale en continu ! Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

Dernière minute : Des morts et des blessés à Rutshuru, et des milliers de déplacés

com

Crée le 31-07-2012-00h30 | AFRIQUE REDACTION | REDACTEUR EN CHEF : ROGER BONGOS | SITE PANAFRICAIN |ACTUALITE NATIONALE, AFRICAINE ET INTERNATIONALE. Mis à jour le mardi 31-07-2012 - 00h30 PAR : ARTV NEWS

Kivu-3

 Des civils ont été tués et blessés par balles, grenades et obus à Rutshuru, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), un bourg tenu par les rebelles du M-23 dont l'offensive contre l'armée a déplacé "plusieurs milliers de personnes", a indiqué Médecins sans Frontières lundi.

 

Alors qu'aucun bilan officiel des violents combats qui ont secoué la localité depuis le 24 juillet n'a été donné à ce jour, l'ONG déplore le décès, à l'hôpital de Rutshuru, de deux personnes, ainsi que "66 blessés, dont une majorité de civils", dans un communiqué.

La plupart ont reçu "des soins chirurgicaux d'urgence", ajoute MSF.

Dans cette région, le M-23 a attaqué le 24 juillet des positions des forces gouvernementales FARDC, les obligeant à reculer jusqu'à environ un kilomètre de Kibumba, une position importante pour protéger la capitale provinciale du Nord Kivu, Goma.

"Les premiers blessés ont commencé à affluer mercredi matin vers 6H30", raconte Patrick Wieland, chef de mission MSF au Nord-Kivu, qui s'est rendu sur place et est cité dans le communiqué. "On a soigné des plaies par balles, des plaies par éclats de grenade, des personnes touchées par des tirs d'obus ou des roquettes", précise l'ONG.

C'est la première fois que des combats à l'arme lourde entre rebelles et armée ont eu lieu dans des zones densément peuplées de l'est de la RDC depuis le mois de mai, souligne MSF, qui décrit "la panique" de la population.

"Un millier de personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, se sont réfugiées ici à l'hôpital depuis mercredi", raconte M. Wieland.

Par ailleurs, "plusieurs milliers de personnes" ont aussi fui ces derniers jours vers Kanyaruchinya, localité située à quelques kilomètres au nord de Goma, la capitale régionale que les rebelles veulent encercler dans l'espoir de la faire tomber. "Elles viennent se rajouter aux quelque 8.300 personnes déjà déplacées par les combats depuis le 12 juillet dernier", souligne MSF.

Repost

Commenter cet article